Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de lapalettedecouleurs.over-blog.com

Le blog de lapalettedecouleurs.over-blog.com

Des centaines de vidéos pour vous aider à comprendre le dessin et la peinture (aquarelle, huile, acrylique), mais aussi l'écologie des cours d'eau, la lecture en écoutant de la musique relaxante

Publié le par laurent

Collection : GASTON : TEST 2014 + L' INTEGRALE 2015 : Mises à jour ...

 

Claude Monet, par laurentsaintgermain

Ce tableau marque un véritable tournant dans la carrière de Claude Monet. Il est en effet la première oeuvre à se détacher de l'esprit académique dont sont empreints les premiers tableaux du peintre. Içi, primauté à la couleur, au plein air, touches plus libres, spontanées et enlevées: voici les composantes principales d'une technique qui se doit de révéler avant tout un sentiment par la gestuelle et la couleur.
Le premier tableau de 1873, il y en aura 3, est l'un des plus spontanés parmi les portraits de plein air peints une dizaine d'années avant la réalisation des 2 autres "femme à l'ombrelle" de 1886. Comme surprise au cours d'une promenade, la figurante, peut-être Camille Monet, se retourne vivement. Plus loin, derrière les herbes frissonnantes, un gamin aux yeux en vrille, Jean le fils, regarde vers le spectateur. D'une manière dramatique mais ambiguë, mère et fils sont vus d'en dessous, découpés nettement sur le ciel. 
   
   
     
                         Femme à l'ombrelle - 1886
 
C'est peut-être, Suzanne Hoschédé, la fille de sa seconde épouse, qui pose pour Monet dans ces 2 ultimes versions. La reprise des mêmes couleurs assure une unité entre les éléments, les couleurs plutôt chaudes du sol et celles bleutées du ciel se retrouvent dans la robe de cette femme, qui se fond dans le paysage. La lumière tombe de la droite, découpant subtilement la ligne de la jambe; les nuages se déplacent aussi de droite à gauche; et l'ombrelle, la femme et le voile vivement esquissé montrent le vent latéral et la direction du soleil comme le ferait une girouette.
Le traitement de la couleur et les ombres lumineuses sont aussi légers que les traits, fins comme des plumes. En conservant sa prédominance de soleil, de brise et de mouvement, le champ horizontal s'est mué en un complexe vertical de rythmes d'herbe. Le thème de Monet, c'est l'enchantement et l'évasion vers un jour embaumé d'été. 
Femme à l'ombrelle tournée vers la gauche - 1886  
   
Si l'on tentait une copie de maître de "la femme à l'ombrelle tournée vers la gauche".
 La méthode utilisée serait " alla prima", le sujet serait ébauché avec un crayon sépia, d'un trait à peine marqué. La couleur serait déposée avec spontanéité sur la toile, par petites touches.
Pour le ciel: On utilise, un bleu de cobalt  adouci de blanc de titane, par endroits, sans uniformité dans le mélange, le bleu variant sans cesse du clair au soutenu. Par moment est introduit une note de terre d'ombre naturelle  afin d'accentuer les modulations de lumière. La couleur ainsi "salie" traduit toutes les nuances du ciel d'origine.
Les nuages: sont recouverts, dans un premier temps, d'un blanc de titane généreux qui se détache du reste du ciel. De légères touches croisées de terre de sienne naturelle  vont se fondre sans pour autant se mélanger entièrement, dans ces nuages vaporeux. 
La fusion du ciel bleuté et des nuages va se faire en altérant la couleur de ces derniers en y introduisant des terres de sienne et d'ombre naturelle et en brouillant leurs contours  en ramenant le bleu du ciel sur le nuage. A l'inverse un blanc de titane terni de terre d'ombre va venir moduler, par traces légères, les zones bleues du ciel, pour traduire cet effet capricieux.
L'étole: Comme pour le ciel, le bleu de cobalt et le blanc donnent la tonalité du foulard qui se détache subtilement de ce dernier en utilisant une teinte un peu plus soutenue, légèrement détourée de blanc pour apparaître plus contastée.
La robe: Une lumière dorée obtenue par légers rehauts blanc de titane, ocre-jaune et ocre-rouge  modulent les premières tonalités, raffinant la texture du tissu. Un blanc légèrement ocré empâte la traine du vêtement, pour la partie la plus exposée à la lumière. De longues touches évoquent le mouvement du vent soulevant la robe. De longues touches fines alternées de bleu de cobalt et de blanc de titane ( terni de terre d'ombre naturelle ) suggèrent les plis du tissu. La broche étoilée associe rouge vermillon, ocre-rouge.
     
Le visage à peine suggéré d'une façon très allusive, demeure privé de détails. Seule la carnation est içi évoquée dans un mélange de blanc de titane, d'ocre-jaune, de terre de sienne naturelle et d'ocre rouge. Le travail du modélé du visage se fait par touches de blanc ocré ,  une onde gris-bleu qui entoure le galbe du profil entre en résonnance avec le fond bleuté.
 Les bras: Les mêmes teintes recouvrent le bras posé sur la robe, le hâle étant un peu plus prononcé grâce à une pointe de rouge vermillon. Le bras droit est foncé avec de la terre d'ombre naturelle. 
Chapeau et chevelure: masses foncées composées de terre d'ombre naturelle, de terre de sienne brûlée et de bleu de cobalt  avec des reflets d'un bleu de cobalt flouté de blanc de titane. Le revers du chapeau est éclairci pour absorber la lumière.
L'ombrelle: Le halo clair, autour de la tête de la femme est un mélange d'ocre-jaune et de blanc de titane. On ajoute à ce mélange du vert Armor, léger dans un premier temps, puis plus soutenu, jusqu'au atteindre le vert brut en bordure. Contours supérieurs et baleines sont rehaussées d'une association de vert Armor, de terre de sienne brûlée.
La végétation: Le premier plan herbacé est recouvert d'un mélange uniforme de couleur kaki (vert armor, jaune de cadmium et blanc de titane). Des touches obliques déposées au pinceau fin viendront apporter relief et profondeur à cette partie du tableau
- Pour les herbes dorées ( ocre jaune, rouge vermillon et jaune de cadmium moyen).
- Pour préciser le relief, on ajoute une goutte supplémentaire de rouge vermillon à ce mélange.
- De petites touches légères et rapprochées vont embraser le massif herbeux, à l'aide  de terre de sienne brûlée, ponctué de zones éclaircies:
             - par un gris issu de l'association de blanc de titane, de bleu de cobalt et d'ombre naturelle .
              - et par une note plus fraîche de vert Armor, blanc de titane et ocre jaune pour créer les longues herbes.
- La tâche d'ombre est saturée d'un vert très sombre, ombre portée projetée sur l'herbe, par touches épaisses et volumineuses, composées de vert armor et de terre d'ombre.   
palette-video-861.jpg 
 
Collection : GASTON : TEST 2014 + L' INTEGRALE 2015 : Mises à jour ...

Commenter cet article

Suzanne 15/12/2016 14:31

Ouais ta trop raison

laurent 15/12/2016 16:02

En guise de réponse, il faudrait déjà apprendre correctement la langue française.!

Guilia 15/12/2016 14:28

C nul a chier

laurent 15/12/2016 16:02

Ce qui donne envie de c...., c'est de vous lire !

Articles récents

Hébergé par Overblog