Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de lapalettedecouleurs.over-blog.com

Le blog de lapalettedecouleurs.over-blog.com

Des milliers de vidéos pour vous aider à comprendre le dessin et la peinture (aquarelle, huile, acrylique), mais aussi l'écologie des cours d'eau, la lecture en écoutant de la musique relaxante

Publié le par laurent
Publié dans : #animaux, #techniques peinture

 

Cheval

 

 

DU DESSIN A LA COULEUR

 

 

Peinture à l'huile, à la main et au couteau

 

 

Pastel

Acrylique

 

Le cheval à la robe souris 

Les poils sont de couleur gris cendré avec les crins et les extrémités noirs. 

 On va donc se servir de notre référence de base pour placer les lumières et de notre référence couleur pour utiliser les bonnes couleurs.

Photo de cheval entier

 

 

Le pas à pas va permettre d'observer le modèle pour comprendre les volumes et les formes.

Dessin final du cheval
On commence comme toujours avec notre couleur de base, ici, un gris un peu jauni sur l’ensemble du corps, à l’exception du poitrail qui tire plus vers un gris coloré bleuté.

Appliquer la couleur de base au dessin

On pose aussi la même couleur sombre des pattes, du bout du naseau et de la crinière. Il ne s’agit pas d’un noir pur mais d’un gris coloré bleuté, pour les pattes avant et gris coloré jaune, pour les pattes arrière.
 

On ajoutera l’effet tacheté plus tard.

 

PLACER LA LUMIÈRE SUR LE DESSIN


Notre lumière vient de la gauche et semble relativement basse. Pour le corps, on va prendre un blanc légèrement jaune.
On en profite aussi pour varier les teintes à certains endroits avec des rosés ou des bleutés. Toujours en restant cohérent.

Placer la lumière sur le dessin de cheval
 

Pour le poitrail et la tête, une teinte plutôt rosée.
Pour le bas des pattes un gris plus clair, comme toujours, jauni pour les pattes arrière et bleuté, pour les pattes avant. Même principe pour la crinière.


Une fois ces couleurs de bases posées, on va s'attacher à rendre la lumière sur les parties éclairées. Les couleurs sont très similaires à celles utilisées pour les pattes, je vous laisse donc les réutiliser. Par contre, le traitement de la crinière est différent. Sur notre modèle, la crinière est cachée par le cou, donc elle sera assez simple à traiter, mais la queue, en revanche, va être un bon exercice de style.


Posons donc nos lumières. La source lumineuse n’a pas changé, n’oubliez jamais d’où provient votre lumière. Pour les cheveux, les crins, la fourrure en général, il faut TOUJOURS suivre le sens d’implantation des poils. C’est-à-dire que vos coups de pinceau doivent toujours suivre le sens des poils. On part de la racine et on suit la crinière et la queue.

 
Cette règle s’applique aussi bien pour les ombres que pour les lumières. C’est ultra important. Ce qui fait qu’on va se retrouver avec des « mèches » ondulées mises en valeur par les effets de la lumière qui va créer des volumes. Pour commencer, ne pas utiliser un pinceau tout fin pour faire chaque poil indépendamment les uns des autres. Là encore c’est une erreur assez classique, il faut procéder par masses. On commence par les gros volumes et on affine petit à petit jusqu’au détail ( se référer aux nombreuses vidéos, ci-dessous).

Peindre poils et fourrure, par laurentsaintgermain
Vous devriez avoir une crinière et une queue qui ressemble à cela.

Affiner la lumière sur le dessin de cheval

 

 APPLIQUER LES OMBRAGES AU CHEVAL


Même principe pour les ombres. Le premier niveau de gris sera un gris, toujours jauni ou bleuté / violacé en fonction des zones. Et d’un gris plus soutenu pour les pattes. C’est le moment de faire ressortir la musculature et l’ossature de notre cheval. En général, ce sont des animaux puissants et ça se voit.


Comme toujours, prenez le temps de bien travailler les ombres et les volumes. Attention toutefois à ne pas perdre ou oublier la structure en-dessous. Si vous êtes particulièrement studieux et curieux, vous pouvez carrément aller chercher des références anatomiques de chevaux, pour voir à quoi ressemble leur musculature et donc éviter de modeler une forme que vous ne comprenez pas.

Appliquer les ombres au dessin

 

Même principe pour la première teinte d’ombre sur la crinière. Non, il ne s’agit pas de noir.

Appliquer les ombres au dessin, étape 2

Sur la crinière comme vous le voyez, on reste assez simple
Ne restent plus que de petits détails comme les sabots et la tête.


Pour les sabots, on va prendre une teinte de base proche de celle des pattes, mais tirant plus sur l'ocre brun.

Appliquer les ombres au dessin, étape 3

 

On ajoute les ombres des sabots.

Appliquer les ombres aux sabots du chevalq

  Ajouter les petites tâches dans le pelage. soit en diluant la couleur de base avec de l'eau (aquarelle, acrylique) ou avec du "white spirit" pour la peinture à l'huile.

Dessin final du cheval

 Récapitulons les phases principales de notre sujet.

  • On commence par trouver des rapports de proportions simples et des formes géométriques faciles à tracer pour poser la structure de base.
  • On affine en réfléchissant à l’ossature et la musculature du cheval.
  • On affine et on détaille finalement en se basant sur des références photos pour les petits détails.
  • Pour la couleur, là encore, prenez des références, il y a une énorme variété de robes pour les chevaux.
  • Comme toujours, on identifie la source de lumière et on s’y tient ! De préférence, si on a du mal, on prend une référence photo pour ne pas faire de bêtises.
  • On n’hésite pas à apporter des variations dans les teintes, pour plus de réalisme. Encore une fois, tout a une certaine logique.
  • En cas de doute, référez-vous à des planches anatomiques afin de bien comprendre les volumes que vous voyez.
  •  Aidez vous des nombreuses vidéos ci-dessous qui vous expliquent ou montrent la technique et la réalisation de peintures diverses sur le cheval.

 

Peindre Les chevaux en vidéo, par laurentsaintgermain

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog