Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de lapalettedecouleurs.over-blog.com

Le blog de lapalettedecouleurs.over-blog.com

Des centaines de vidéos pour vous aider à comprendre le dessin et la peinture (aquarelle, huile, acrylique), mais aussi l'écologie des cours d'eau, la lecture en écoutant de la musique relaxante

Publié le par laurent
Publié dans : #Peinture acrylique, #techniques peinture
 

 
Il y a un sujet que je laisse aux desiderata de chacun, il s'agit du dessin ou de l'esquisse ; En effet on peut utiliser une multitude de manières pour mettre en forme la composition. Certains artistes hésitants, utilisent encore le papier carbone (à condition d'en trouver dans le commerce), du papier calque et décalquent le modèle à partir de photos. On peut tout simplement, dessiner des carrés sur l'original et les reproduire sur le support à peindre en tenant compte des dimensions et de la proportionnalité. Pour les grands formats, l'utilisation du rétro ou du vidéo-projecteur permet de couvrir de plus grandes surfaces. Pour les "initiés", dessiner à main levée est un acte intéressant, car il permet de positionner les zones d'ombre et de lumière et de posséder son tableau, simplement par le jeu de la monochromie ( crayons HB minimum, crayon mine de plomb ou fusain). Prévoir une gomme souple, qui se déforme pour mine de plomb. 
Un bon chiffon, de l'eau pour nettoyage des pinceaux et dilution des couleurs.
3 types de pinceau (2 par types, de taille variable):
- Brosse plate.
- Pinceau éventail.
- Pinceau plat "langue de chat". 
Je ne parlerai pas, non plus, des vernis classiques ou polyuréthanes, mats ou brillants, car je trouve qu'ils dénaturent le tableau final et l'environnement.  
La-palette-couleurs-acryliques.jpg

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #aquarelle, #techniques peinture

 
Humidifier la feuille..
Déposer de l'ocre jaune sur le papier, le support doit être incliné (30° environ).
Un pinceau sec viendra ôter la peinture sur le mur des habitations. Laisser sécher le papier pour la suite. Mouiller de nouveau l'arrière plan de la peinture.
Peindre le ciel avec du bleu outremer. Diluer pour estomper les traits.
Avec un papier absorbant enlever le bleu qui a coulé sur les bâtiments.
Sur le papier humide, faire apparaître le blanc des nuages avec un pinceau sec. 
Pour l'horizon, mélanger bleu outremer et un peu d'alizarine crimson (rouge). Alterner l'utilisation du pinceau et du papier absorbant pour mettre en valeur les nuages.
Pour les maisons, faire un mélange: bleu outremer+terre d'ombre brûlée. Débuter par les zones à l'ombre. Pour les parties (rue et bâtiments), exposées au soleil, utiliser l'ocre jaune. Faire jouer la perspective pour indiquer les distances qui séparent les maisons et pour les détails.
La camionnette est peinte en rouge. Ne pas oublier l'enseigne de l'auberge et les parties ombrées sur le bâtiment, à gauche du premier plan,
Le blanc va rehausser les parties ensoleillées.
Le crayon de couleur peut aider par endroits à préciser certains détails. 

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #Peinture acrylique, #huile, #techniques peinture
 
 
 
 

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #Peinture acrylique, #huile, #techniques peinture
 

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #écologie des cours d'eau
           LA QUALITE DU COURS D'EAU :  borne le gapeau
Masse d'eau : Hydroécorégion méditerranéenne -type très petit
 
 
 
 
 
 
FotoSketcher - Capt 121103 154648 001
                                                                            Le Gapeau à Belgentier 
         
 
                    Résumé du roman  "La Bastise blanche" de Jean michel Thibaux. 
"Justin, le héros de La Bastide blanche, vit à Signes. En cette fin de XIXe siècle, il exerce un métier étonnant, celui de glacier. Il fallait fabriquer et conserver la glace jusqu'à l'été. Par un système de canaux et de bassins, les hommes des glaces recueillaient l'eau de pluie qui, une fois gelée, était découpée en gros blocs que l'on enfouissait dans les vastes tours construites sur le versant nord de la Sainte-Baume. L'été venu, commençait une féroce compétition entre les glaciers qui vendaient à prix d'or leurs blocs de glace à Marseille, Toulon, Aix-en-Provence ou la recette des sorbets faisait alors fureur. Chaque été, Justin risque sa vie pour livrer sa glace : arriver avant ses concurrents ; aller toujours plus vite dans les sentiers à pic de montagne, car la glace fond rapidement sous le soleil de Provence. Des sommes énormes sont en jeu. Haines attisées par la convoitise, traîtrises, meurtres même, jalonnent cette histoire émaillée de coutumes provençales, dans une Signes mythique ou, depuis l'aube des temps, sévit une confrérie de sorcières. Partagé entre son amour pour Magali, la " sorcière ", et pour Camille, la fille du terrible maître des glaces, Julien ira au bout de ses passions."
 
1- C'est dans cette partie de la Provence encore protégée et longuement décrite par le romancier Jean Michel Thibaux que le Gapeau prend sa source, à Signes. Coulant dans le Var, à l'est de Toulon, ce fleuve, mal connu de nombreux locaux parcourt 47,5 kilomètres, avant de se jeter dans les eaux de la méditerranée près de Hyères, au lieu dit "les cabanes du Gapeau".
le-gapeau.jpg
 La première partie de son itinéraire est marquée par la présence de la montagne SAINTE BAUME qui a joué et joue encore un rôle essentiel dans l'économie locale, grâce à la présence de nombreuses sources dont certaines sont  exploitées de nos jours (sources de Beaupré), et à l'action conjuguée du vent dominant LE MISTRAL pour la fabrication de la glace, très prisée à la fin du 19eme siècle. 
 Du pied de la montagne de la Sainte Baume , au verrou de solliès-pont, à la sortie de ce parcours étroit enchâssé entre les collines, le cours d'eau reçoit l'apport de résurgences très minéralisées ( Ex: source des rampins)  qui vont contribuer à l'augmentation du débit et à la formation de nombreuses concrétions calcaires, sur son parcours primaire en créant un lit de rivière fortement encroûté. La bonne qualité de l'eau de la rivière et l' apport des eaux de source, a été un critère déterminant pour le choix de l'implantation d'un point de référence dans le cadre de la directive européenne ( Afin d'identifier des conditions de référence pour chaque type de masse d'eau de surface, un réseau de référence a été mis en place. Il a ainsi permis de définir les limites du "bon état écologique" des cours d'eau. Chaque site retenu dans ce réseau, faisait état de référence pour son type de cours d'eau pour la qualité biologique et physico-chimiques et l'occupation du sol du bassin  versant ).
Ce réseau a fonctionné pendant trois ans (2005-2007) sur tous les points retenus puis, les années suivantes, sur un tiers de ces points (principe à ajuster suite aux résultats issus des trois premières années). Certains sites de référence sont inclus dans le réseau constitué pour le contrôle de surveillance (RCS). C'est le cas du point qui nous concerne sur la partie amont du cours d'eau: Le Gapeau à l'amont de Belgentier, référencé RCS 06300092  qui permettra, au niveau européen, de positionner les limites de classes des hydroécorégions méditerranéennes de très petite taille pour les paramètres hydrobiologiques et pour les macrophytes.
La présence de deux stations d'épuration sur ce parcours amont, ne modifie pas la qualité générale de l'eau qui reste conforme aux critères imposés par la directive européenne.
  Signes:
    Méounes les montrieux; http://sierm.eaurmc.fr/rejets-collectivites/infos-gales-step.php?station=060983077002&dept=83&nomStation=STATION D'EPURATION DE MEOUNES LES MONTRIEUX VILLAGE
 
De 2005 à 2007, la station référencée 06300092 est suivie périodiquement pour le bilan en oxygène, les nutriments, l'acidification, les polluants spécifiques, les invertébrés aquatiques, les diatomées. Tous ces paramètres seront conformes au bon état, voire au très bon état pour l'hydrobiologie.     
       Capt_121104_173120_001-copie-1.jpg
 
  L' inventaire faunistique aquatique qui couvre cette période, montre sur l'ensemble des campagnes de collecte d'invertébrés, des listes faunistiques très diversifiées à la composition équilibrée.
Capt 121106 161021 001                                          Liste faunistique de Mai 2007
 
 et des taxons indicateurs de la très bonne qualité de l'eau:  
- Un trichoptère du Groupe Faunistique Indicateur =8; Famille des "Odontoceridae" ( du genre "odontocerum") dont l'abdomen esr protégé par un étui sableux. Ce prédateur d'invertébrés et racleur de végétaux vit sur des substrats meubles (petits gravillons et sable), il peut être rhéophile ou limnophile.   
   Capt 121106 201028 001     - ou un plécoptère de la famille des Perlidae et du genre Perla appartenant au Groupe Faunistique Indicateur =9 qui a la particularité de vivre dans le courant, sous les substrats durs ( blocs, pierres ), et d'être un prédateur des larves d'autres invertébrés aquatiques. 
     Capt_121106_201216_001.jpg
 
 
    Sur ces bases exemptes de perturbations écologiques, le point de référence est, tout naturellement entré, en 2008, dans le réseau de contrôle de surveillance ou RCS et les résultats ont confirmé l' atteinte de la conformité requise, sauf pour l'état chimique perturbé en 2011 par la présence des composés toxiques suivants:
Benzo (g,h,i) pérylène et Indéno (1,2,3,c,d) pyrène:
 
     Ces deux éléments chimiques toxiques se retrouvent souvent, dans les cours d'eau situés à proximité des axes routiers fréquentés ( La RN 554 qui longe le Gapeau qui relie la zone de Toulon-Hyères aux communes de St Maximin et  Brignoles est le seul axe routier qui traverse du sud au nord les contreforts de la sainte baume).
 
 
   6202000.JPG
                          Le gapeau à l'amont du pont de la RN98 (Hyères).
 
 2 - A partir de Solliès-pont, le Gapeau s'ouvre sur la basse vallée, où il traverse une vaste plaine agricole qui s'étire de Toulon au Luc et suit les versants ouest du massif des Maures pour finalement trouver  son embouchure aux Salins d'Hyères, non loin de la presqu'île de Giens. Cette vaste étendue est consacrée aux cultures tournées vers la viticulture, l'horticulture en bordure du fleuve et vers le maraîchage près de l'embouchure où un barrage fusible, en période d'étiage, vient stabiliser le niveau de l'eau de la nappe phréatique et empêcher ainsi la remontée du biseau salé. Une importante population vit dans cette zone très urbanisée par endroits. Les vicissitudes et le comportement de ce fleuve ont parfois de terribles conséquences.  
      Historiquement, le Gapeau se jetait à l'ouest de l'actuelle presqu'île de Giens. Perdant une grande partie de ses eaux dans le marais de l'Estagnol entre Hyères et La Garde. Le surplus coulait en direction de la rade de Toulon via le tracé de l'actuel Eygoutier et vers la rade d'Hyères via le lit de l'actuel Roubaud. À la suite d'une série de mouvements géologiques, il s'est trouvé "capturé" par des affluents du Réal Martin, qui avait lui même au préalable capturé le Réal Collobrier dont il avait fait son affluent et occupé le lit qui l'a mené à la mer. Ce sont des épisodes pluvieux et météorologiques qui vont de temps à autres, transformer ce petit cours d'eau méditérranéen en un fleuve tumultueux au débit impressionnant provoquant de graves dégâts.     
     Le débit maximum du Gapeau au niveau du barrage de St. Eulalie (archives de la banque HYDRO de la DREAL PACA sur 43 ans) a été le 28/12/1972 de 579 m3/seconde à 18h28 avec une lame d'eau de 3,00 mètres !!!!! -> crue cinquantennale. J'étais à l'époque jeune stagiaire et nous étions sur site le soir du réveillon du jour de l'an à mesurer ces flux dévastateurs. Pour ceux qui connaissent les lieux, l'eau passait par dessus le pont de la RN98 qui va de Hyères à la Londe les maures.
 
 Le Gapeau peut hydrologiquement parlant, alterner entre des étiages sévères et des crues dévastatrices et l'incidence des pressions est bien entendu, plus ou moins marquée en fonction des rejets polluants et du débit. Pendant de nombreuses années, le point noir était situé à la Crau, où l'action conjuguée des rejets de la station d'épuration et de la distillerie , dans un cours d'eau au faible débit, se répercutait jusqu'au point de contrôle RCS 06202000 du Gapeau à Hyères (barrage de St Eulalie) et bien au delà. La situation était d'autant plus critique que la retenue de sainte Eulalie était devenue un piège à particules et que son rôle ne servait qu'à transformer les nutriments en des formes plus stables au détriment de l'oxygène dissous.
Capt 121104 174439 001
        Si L'on observe l'historique de l'état des eaux de la station des années 2005 à 2009 , l'on constante une très forte dégradation du bilan de l'oxygène dissous qui est consommé par les nutriments, le long de la retenue, causant par fort étiage la mortalité des poissons, malgré la transformation des composés azotés et phosphorés qui restent présents à des taux importants. Ce processus entraînait un déséquilibre parmi la faune et la flore aquatique, et les objectifs de l'atteinte du bon état écologique étaient loin d'être envisagés, si un vaste effort n'était pas entrepris sur la station d'épuration de La Crau.
En 2007: L'état écologique et L'I.B.G.N sont de moyenne qualité.Capt 121110 170151 001
         
    Capt 121110 165408 001
 
 
   
   
   
 
 
 
         Le Groupe faunistique indicateur représenté par les "caenidae" du genre caenis, est mauvais. L'IBGN DCE est de 10 (moyen) malgré une forte diversité faunistique, avec des supports essentiellement végétaux (cf photo du site) implantés sur du limon. 
     Le 23 Mars 2010, la communauté des communes de la vallée du Gapeau inaugure la nouvelle station d'épuration implantée à La Crau
 http://www.ccvg.fr/assainissement_collectif.asp 
qui regroupe désormais les effluents des villages et agglomérations jouxtant le cours d'eau, d'une capacité de traitement de 80000 eq/hts:
Belgentier
Solliès-Toucas
Solliès-Pont
Solliès-Ville
La Farlède
La Crau
qui permettra de se mettre en conformité avec la nouvelle directive européenne sur l'eau  qui exige, sauf dérogation, que les rivières atteignent un bon état écologique dès 2015. 
En 2011: Les conséquences de la mise en service de la nouvelle station d'épuration et l'amélioration de la qualité du rejet va se faire notablement ressentir dans le Gapeau. L'oxygène dissous et le % de saturation atteignent le bon état, une amélioration du cortège azoté et phosphoré est confirmée et la médiocrité de l'état chimique des nutriments évolue rapidement vers une situation moyenne. Tous les indicateurs biologiques (invertébrés aquatiques et diatomées), la faune et la flore aquatique sont de meilleure qualité et l'on trouve désormais dans les échantillonages des larves et des adultes qui n'avaient jamais colonisés cette station de surveillance de la qualité de l'eau, depuis l'origine des données.
Capt_121111_174427_0012.jpg
  Le taxon indicateur est le plécoptère "Leuctridae" du genre euleuctra , il appartient au groupe faunistique 7, la variété taxonomique est égale à 47 avec de nombreux trichoptères et un I.B.G.N DCE de 19/20.
A noter la présence des substances toxiques analysées sur la partie amont: Benzo (g,h,i),pérylène et Indéno (1,2,3,c,d) pyrène, qui classent l'état chimique en mauvais état et n'attribuent qu'une note moyenne à l'état écologique global.
 
 
 
 
 
 
     

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #aquarelle
 
DSC02086.JPG
 Capt 120413 172049 001
 

Bleu et violet se mêlent pour créer l'ombre portée de la chayotte, celle de l'oignon qui se reflète sur le fruit vert, la même teinte sera utilisée pour les parties ombrées de la  plante potagère, non exposée à la lumière et pour l'ombre du légume sur la table. Un vert très foncé va mettre en valeur les tâches caractéristiques de la peau. Un vert très pâle va recouvrir par endroits la partie coupée de l'oignon et un mélange d'ocre rouge, de terre de sienne brûlée, d'orange de cadmium, à doser, pour la fine peau d'oignon.  
 
Lien:

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #aquarelle

 

  DSC02084.JPG

 

  La chayote est le fruit d’une plante potagère originaire du Mexique et de l’Amérique centrale. C’est en fait une courge qui préfère les climats tropicaux et subtropicaux, mais elle peut aussi être cultivée sous les climats tempérés, elle est utilisée dans la cuisine créole. 

     La chayote mesure de 8 à 20 centimètres de long. Sa forme rappelle celle de la poire et sa peau est mince, rugueuse et varie du vert très pâle au vert foncé. Sa chair blanchâtre est ferme, croustillante et contient beaucoup d’eau mais peu de goût. On trouve un petit noyau dans la chayote qui continue de germer après la cueillette. Celui-ci est comestible après cuisson.

  Cette plante (sechium edule) connait en effet de très nombreuses appellations :

  • chayote (ou chayotte) à la Réunion et à l'Ile Maurice,
  • christophine (Antilles françaises, Guyanne),
  • chou-chou (Nouvelle Calédonie, Polynésie française),
  • Mirliton (Haiti...)   

Le fond est préparé avec la méthode humide sur humide en imbibant fortement la surface du papier. autour du fruit et du bulbe et dans la partie ombrée de ces derniers. La terre de sienne et la terre de sienne brûlée sont déposées en proportion variable sur le support en profitant du mélange qui va s'opérer sur la surface de la feuille pour mettre en valeur le premier plan. Les contours de la chayote et de l'oignon délimitent et créent les différents plans.

La partie coupée de l'oignon est peinte successivement avec de la terre de sienne très diluée, puis avec un mélange de jaune de cadmium et de terre de sienne, en faisant apparaître les lamelles de l'intérieur du légume par un terre de sienne très dilué et les parties les plus obscures de la zone éclairée par ajout de violet. 

Un mélange à dominance vert clair et jaune de cadmium, va être la base de la partie la plus lumineuse de la chayote, un peu de terre de sienne et d'orangé de cadmium apportera le dégradé qui donnera le début du volume au fruit , c'est le vert de cobalt  qui foncera un peu plus l'ensemble sur les parties éclairées mais aussi sur les zones d'ombre déjà préparées à l'origine avec le mélange terre de sienne et terre de sienne brûlée. Pour préparer les dessins caractéristiques de la peau du fruit, il faudra jouer avec de l'orangé de cadmium, du vert de cobalt et de la terre de sienne brûlée..

 

Capt 120413 172049 001

 

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #Peinture acrylique, #huile
 

Le sous-bois et tout particulièrement la nature, est une formidable et constante source  d'inspiration. Quelque soit la saison, tout est mis en valeur et l'atmosphère que l'on respire par les sens se transpose dans le choix des couleurs utilisées. Le monde qui nous environne change et c'est en comparant le même sujet évoluant dans l'espace-temps que la diversité des saisons semble émerger. Les peintres de la fin du 19 ème siècle l'avaient bien compris puisque c'est sur site qu'ils allaient chercher leur inspiration et la force des couleurs.

Le choix de la palette se décide souvent et rapidement en fonction du sujet qui nous est proposé, à l'inverse des écrivains qui se retrouvent devant une page blanche, l'artiste peintre dispose de son décor où le spectacle se décline en une multitude de teintes.

Ici le jeu des couleurs  consiste à établir le maximum de nuances à partir de couleurs primaires: Le bleu est du bleu de prusse; le jaune, du jaune de cadmium et le rouge une couleur automnale, la terre de sienne brûlée. 

 

       

     le résultat est un sous-bois qui n'est pas dépourvu de luminosité, avec un feuillage, à prédominance ocre (jaune et rouge), qui donne de la profondeur au sujet, un gris bleuté translucide à la surface de l'eau et surtout ce jaune pâle de l'orée du bois d'où s'élève une brume qui vient illuminer l'arrière plan. 

     

  

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #huile
 
 

Terre de sienne, jaune de cadmium et mélanges de base pour chaussons, rose, orangé de cadmium, blanc puis bleu primaire, violet et rouge de cadmium, etc...constituent la matière indispensable pour couvrir le support et l'arrière plan du sujet. 
L'ultime travail  consiste à faire émerger les contrastes, les ombres et les lumières des ballerines.
Capt 120412 131220 001-copie-1
Liens:
     

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #huile
DSC00907.JPG
 
Capt 120412 131220 001-copie-1
   
La fin de la vidéo du précédent article:   
et le début de la nouvelle vidéo, nous montrent de quelle manière la rose est suggérée, plus que peinte si l'on compare avec la réalisation d'une rose lors de l'article consacré à la réalisation d'une nature morte.
La rose,dans sa réalisation; s'appuie sur le mélange que l'artiste peintre a choisi à l'origine, pour lui servir de fond. Une petite surface, pour les pétales, sera peinte avec du rouge. La fleur équilibre la composition et son orientation, son volume servent à contrebalancer les 2 masses verticales que sont les chaussons de danse. Ocre jaune,  terre de sienne, jaune de cadmium se combinent pour suggérer les lacets de soie, en créant de nombreuses courbes qui seront rehaussées par endroits de rouge de cadmium. A ces quatre couleurs, l'ajout de blanc ou de rouge, déterminera la nuance rosée qui constituera la teinte primaire ou secondaire des petites pointes de danseuses. Ce rose viendra couvrir certaines parties préalablement ombrées de noir violacé et illuminera le sujet proposé et les courbures des lacets.
Le rouge foncé des pétales de rose décrit des cercles concentriques, sans précision, qui se referment sur le pistil et ce n'est que l'apport du rouge vermillon qui donnera du relief à la fleur en indiquant, en même temps, la direction de l'éclairage de la nature morte. 
Le feuillage foncé est suggéré par un mélange de quelques couleurs: Des bleus ( primaire, céruléum, outremer ou cobalt ), du violet, de la terre de sienne ou terre de sienne brûlée du jaune de cadmium. L'ajout ou le retrait d'une ou plusieurs de ces couleurs  éclaircira ou non les feuilles. 
         


   

Voir les commentaires

1 2 3 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog