Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de lapalettedecouleurs.over-blog.com

Le blog de lapalettedecouleurs.over-blog.com

Des milliers de vidéos pour vous aider à comprendre le dessin et la peinture (aquarelle, huile, acrylique), mais aussi l'écologie des cours d'eau, la lecture en écoutant de la musique relaxante

Publié le par laurent
Publié dans : #huile

 

Voir les commentaires

Publié le par laurent

Voir les commentaires

Publié le par laurent

L'incarnation vivante de la soul music. Si problème, aller sur le blog eklablog de lapalettedecouleurs.

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #huile, #techniques peinture

 

 La couleur de la peau se prépare à partir de

rouge de cadmium clair, Dessin et peinture - vidéo 1339 : Couleur de la peau à la peinture à l'huile. 

Dessin et peinture - vidéo 1339 : Couleur de la peau à la peinture à l'huile.de vert clair ou sap green 


de blanc de titane, 

Dessin et peinture - vidéo 1339 : Couleur de la peau à la peinture à l'huile.

en fonction de la lumière qui éclaire le sujet ou la partie du corps concernée

Voir les commentaires

Publié le par laurent

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #pastel et fusain, #techniques peinture

 

 

Comment choisir sa couleur complémentaire au pastel ?
Cercles psychomètriques réalisés par Noun avec des pastels (pigments purs) de marque Sennelier.

Ce tableau permet de trouver rapidement la couleur complémentaire ayant le maximun d'éclat pour l'effet recherché, sans effet de grisaille.

 pastels secs, compémentaires  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sur le rayon des cercles on trouve :
 - Le cercle médian qui exprime la nuance de couleur pour laquelle vous recherchez une couleur  complémentaire.
 - Le cercle intérieur qui exprime la couleur complémentaire soustractive, c'est à dire obtenue par mélange de couleurs (avec un liant liquide : eau, huile, etc.).
 - Le cercle extérieur qui exprime la couleur complémentaire optique, c'est à dire perçue par l'œil comme la fusion optique de deux couleurs. 
On note, par exemple, que pour la région des bleus du cercle médian les complémentaires soustractives sont rouges et que les complémentaires optiques sont jaunes, alors que dans la région des verts les complémentaires soustractives et optiques sont sensiblement confondues.
Les complémentaires optiques résultent d'un phénomène rétinien donnant naissance à des perceptions colorées appelées "images induites". Ce phénomène est facile à observer : lorsqu'on regarde fixement une couleur du cercle psychométrique médian puis que l'on reporte son regard sur une feuille blanche, celle-ci nous donne l'impression d'être colorée d'une nuance correspondant à la complémentaire optique.
Les pastellistes désirant tirer parti de la lumière ne manqueront pas d'utiliser les propriétés des complémentaires optiques des nuances qui permettent d'obtenir une exaltation maximum de l'éclat entre deux couleurs (*). Les contraintes : ne pas utiliser de fixatif et ne pas estomper (l'estompe donne des effets de grisaille dits de "farine" tant reprochés au pastel). Il est possible de remplacer l'estompe, en jouant sur les propriétés des nuances complémentaires optiques et soustractives sensiblement identiques, pour obtenir des effets de fondus ou l'enchainement de deux couleurs passant par le gris.

(*) C'est arbitrairement que l'on prétend que deux couleurs s'exaltent réciproquement. Tous les peintres savent que l'impression ressentie par le spectateur varie en fonction de la disposition des éléments colorés et que certaines gammes de couleurs s'exaltent entre elles plus que d'autres. Les marchands de pastels utilisent ce phénomène rétinien pour organiser leurs palettes et ainsi favoriser la vente !

Remarque : Un apprentissage de la perception des couleurs complémentaires optiques est souvent nécessaire et prendra plusieurs semaines, voire plusieurs mois, notre cerveau étant culturellement formé à la perception des complémentaires soustractives.

 

FAITES LE TEST
Fixez quelques instants le petit rond central blanc, puis portez votre regard sur une feuille blanche, après un court instant que voyez-vous apparaitre ? Est-ce simultané ?

Test couleurs complémentaires

Le phénomène rétinien : Lorsqu'on fixe fortement une image colorée, nos récepteurs visuels saturent et, par rémanence, lorsqu'on porte le regard sur une surface blanche, on voit apparaitre les couleurs complémentaires optiques.

   
   
   

 

 

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Dans les ateliers où l'on fabrique toujours la célèbre porcelaine japonaise Kakiemon, selon des techniques remontant au XVIIe siècle, Sakaida Kakiemon, quatorzième descendant de la dynastie, est en passe de transmettre la direction de l'entreprise à son fils. Le jeune homme saura-t-il perpétuer la tradition et continuer à faire prospérer la maison, dont la technique artisanale est inscrite au Patrimoine culturel du Japon ? Plongée dans une culture vieille de quatre cents ans, transmise de génération en génération.

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #pastel et fusain

 

Les pastels se présentent sous forme: de bâtonnets, de crayons, de craies ou de poudre (panpastels que l'on travaille avec de petites éponges spéciales). Pratiquement tous les peintres jouent avec la consistance des pastels: durs, tendres ou très tendres. Il est impossible d'obtenir de nouvelles couleurs par mélange sur un support, il est donc nécessaire de posséder une gamme étendue de teintes proposées dans le commerce.

Le pastel sec est une technique idéale de part l'importance de sa gamme de couleurs et par le fait quelle ne nécessite pas de solvant chimique. Le bâtonnet de pastel devient le prolongement de la main qui permet de peindre et de dessiner avec spontanéité, soit en hachurant de traits parallèles plus ou moins rapprochés selon le but final recherché, les sujets ou objets du premier plan. Soit en faisant fusionner les couleurs entre elles avec le doigt ou en estompant les parties colorées des plans plus éloignés, pour créer par exemple l'atmosphère brumeux d'un ciel, d'une côte lointaine  etc...

Les œuvres du pastel enchantent par la luminosité et la force des couleurs, si l'on se contente au maximum de 3 couleurs superposées (de la plus foncée vers la plus claire, de l'ombre vers la lumière).

Cependant le bâtonnet de pastel a une fâcheuse tendance à s'effriter ou à se rompre facilement. La poudre déposée devient vite salissante pour les autres couleurs et pour les doigts. Il faut travailler avec soin, choisir un papier coloré, dont le choix se fait en fonction du sujet, il permet de structurer plus facilement les ombres et la lumière.

* Le dessin est bordé par du papier autocollant pour définir le cadre de travail et délimiter la composition.

* Esquisser au crayon de couleur la côte rocheuse et les divers éléments naturels (mer, ciel, terre).

* Le ciel du coucher de soleil estompé de jaune et rose est ponctué de nuages gris hachurés. 

* Les tâches de couleur d'un vert intense délimitent la partie végétale et herbacée du bord des falaises.

* Le relief des parois rocheuses est mis en valeur par une couleur beige.

* L'ondulation de la mer bleutée, agitée de teintes marines est marquée par la présence de vagues blanches qui déferlent sur la roche déchiquetée.

* Dans les retraits foncés de la paroi rocheuse, on perçoit des tâches froides de bleu outremer.

* Les objets divers: phare, maison, vallonnement de la lande, sont éclairés par une lumière rasante, au soleil couchant, qui fait resurgir les nuances de couleur en illuminant le paysage. 

* A noter, qu'à part l'arrière plan, tout le reste du tableau est structuré par des hachures et des traits de couleur qui définissent ombre et lumière, à partir de l'utilisation de la pointe, des arêtes, et des aplats du panel de craies.

* Eviter la surcharge de couleurs, car le superflu de matière empêche le pastel d'adhérer au support.

* L'ensemble du sujet progresse vers le premier plan, en alternant les teintes sombres et lumineuses, avec des contrastes de plus en plus colorés.

* On peut au final, utiliser ou non du fixatif, pour maintenir les poussières de couleurs .   

 

 

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #techniques peinture, #Peinture acrylique

 

Dans un premier temps, il y a la phase qui consiste à coller sur le support, avec une colle liquide, des morceaux de papier pour aquarelle, colorés ou pas, des brouillons, des bouts de tissu, de vieilles aquarelles peintes, du papier de soie, des affiches, posters, etc..qui vont créer un puzzle hétéroclite de matériaux divers sur lesquels on entreprend de peindre sans but défini avec une palette colorée de peinture acrylique liquide, des motifs qui seront le fruit de votre imagination. A l'origine, il s'agit d'une représentation abstraite, complètement affranchie des détails naturalistes ou des perspectives difficiles à maîtriser (Trop de détails ou de compositions complexes ne feraient que bloquer la démarche et vous écoeurer au final ).

Il y a cependant quelque chose qui se met en place, grâce à la diversité des supports choisis, des teintes diluées et à la spontanéité du geste. Le collage va laisser apparaître zone par zone des aplats clairs ou sombres, une profondeur, si l'on prend soin de ne jamais appliquer la même couleur à différents endroits.

Veiller aussi à ne pas trop laisser sécher la couche d'apprêt sous peine de ne pouvoir faire accrocher les couleurs entre elles, travailler dans "l'humide", en diluant fortement les couleurs ou en vaporisant un peu d'eau sur celles qui ont légèrement séchées.    

Inconsciemment votre cerveau va faire la synthèse de toutes ces figures colorées par l'intermédiaire de l'œil et la peinture abstraite va cheminer progressivement vers une peinture figurative.

Les aplats verts, déstructurés par l'utilisation des différents supports du collage, vont faire apparaître au bas de la composition, des masses de végétation. Le processus de synthèse va s'enclencher avec la présence d'un ciel bleu, dans sa partie supérieure.

De nombreux mélanges vont faire leur apparition (du mauve, du saumon), ainsi que la présence d'un sous-bois où se dressent par collage de bandes de papier, des troncs d'arbres qui aboutissent à la composition d'un paysage réaliste.

L'on entre alors dans un monde coloré et travaillé par le jeu des ombres et des lumières diffuses. Collages et encres achèvent la mise en place du nouveau sujet. L'impressionnisme fait la part belle à l'interprétation et au surprenant changement, où l'on découvre une réalisation picturale équilibrée et intéressante, loin de la première esquisse initiale, mais qui a conservée par endroits des vestiges du collage originel.     

 

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #Peinture acrylique

Il existe essentiellement deux formes de galets: les galets plats de rivière usés par le fort courant qui glisse sur leur surface et les érodent ou les galets de bord de mer, généralement ronds qui sont roulés et usés par le ressac.

Préparer la pierre en la lavant simplement à l'eau, cependant si la pierre vient du bord de mer, mieux vaut la laisser tremper dans l'eau douce, pour éliminer le sel qui s'est déposé et pourrait avec le temps nuire à l'adhérence de la peinture.

Boucher d'éventuels trous avec l'enduit de rebouchage, laisser sécher, poncer et dépoussiérer.

Appliquer une ou deux couches de gesso selon la rugosité de la pierre en laissant le dessous apparent pour apercevoir le support. Laisser sécher.

Pour notre coccinelle, quatre couleurs acryliques sont utilisées: Le blanc, le noir, le bleu primaire et un rouge lumineux. Les pinceaux sont de petite taille n°0, il faudra dans un premier temps, dessiner ou décalquer avec du papier graphique l'insecte, en le plaçant harmonieusement sur la pierre.

Pour notre peinture, le rouge recouvrira les élytres, parsemées de petits points noirs ( en général au nombre de 7 ). Le blanc de l'œil sera ponctué de bleu.

Une laque acrylique mate viendra protéger l'ensemble de la réalisation. 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog