Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de lapalettedecouleurs.over-blog.com

Le blog de lapalettedecouleurs.over-blog.com

Des milliers de vidéos pour vous aider à comprendre le dessin et la peinture (aquarelle, huile, acrylique), mais aussi l'écologie des cours d'eau, la lecture en écoutant de la musique relaxante

Publié le par laurent
Publié dans : #aquarelle, #fleurs

Cette semaine je me penche sur un fruit, la framboise. C’est la première fois que je m’essaie à peindre ce fruit. Le plus gros défi est de reproduire l’aspect rebondi de toutes les petites boules qui compose la framboise !

Image d'inspiration

Voici donc mon image d’inspiration. Oui, il y a un insecte, sûrement une punaise, sur une des framboises (cliquez sur l’image pour l’agrandir) ! C’est donc une branche de fruit rassemblant des fruits mûres et beaucoup moins mûres. Je me suis dit que cet ensemble serait interessant à peindre puisqu’il alterne fruits presque blancs et fruits bien rouges. Pour cette aquarelle, j’ai d’abord fait un essai. Cet essai me permet de me rendre compte des difficultés que je vais avoir lors de mon second essai. Et je vais donc pouvoir mieux planifier pour contourner ces difficultés.

Premier essai de framboise à l'aquarelle

Autant vous dire que je n’aime pas du tout ma première version. Il y a des choses interessantes, mais je pense qu’on ne reconnait pas du tous les framboises ! Dommage vu que c’est mon sujet ! La composition me paraît décalée et donne la sensation de tomber. Mais, le problème le plus important est que les framboises paraissent très brouillonnes. Il n’y a pas ce rebondi propre à la framboise. C’est donc la partie la plus importante à travailler lors de l’aquarelle finale !

Framboise à l’aquarelle en vidéo

 
 
 
 
 
 
étude de framboise à l'aquarelle

Dans cette vidéo, j’explore une manière de créer ces framboises. Mais quelques jours après cette vidéo, j’ai essayer une autre manière de créer ces framboises. J’ai commencé par un premier lavis rouge très dense. Une fois sec, avec un petit pinceau synthétique j’ai commencé à peindre les petites boules des framboises juste avec de l’eau et en absorbant cette eau régulièrement avec un essuie-tout. J’ai donc retiré du pigment posé à la première couche. Cela donne un effet très doux ! Il n’y a plus qu’à ajouter des détails !

MATÉRIEL UTILISÉ :
Pinceaux : Raphaël petit gris 803 nº2, Silver Brush Black Velvet 1/4″ en forme de dague.
Papier : Arches en grain torchon
Couleurs : Bleu outremer (Daniel Smith), Vert émeraude (Schmincke), Or de quinacridone (Daniel Smith), Alizarine cramoisie permanent (Daniel Smith), Rouge winsor (Winsor & Newton), Laque écarlate (Winsor & Newton), Terre de sienne brûlée (Schmincke).

Et voici l’aquarelle finale (cliquez pour agrandir) :

 

 

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #aquarelle, #marine

 

 

 

CONSEILS (suite et fin)

Un papier correctement humidifié, c'est un cycle de l'eau allongé et donc davantage de temps pour votre travail.

Quand votre papier est bien brillant ….
Vous pouvez commencer !…
C’est à dire tout d'abord attendez et observez !

Le papier va passer par plusieurs stades que vous devez apprendre à reconnaitre : en effet l'eau pénètre dans les fibres et s'évapore aussi en partie ...
Le moment idéal pour commencer à poser les pigments donc la couleur est quand votre papier en est au "stade 4 ou 5", c'est à ce moment que le pigment va bien pénétrer aussi dans le papier et que vous allez pouvoir commencer " à jouer avec lui".

Si vous posez le papier sur une surface trop mouillée, le pigment glisse et va " où il veut" ...
Si le papier est trop sec , vous ne pourrez plus travailler les caractéristiques d'un travail dans l'humide ...

La mise en eau du papier peut concerner la surface du papier dans sa totalité : on parle "d'inondation totale", mais peut aussi concerner que certaines parties , on parle alors "d'inondations partielles".

Pensez que ce travail d’aquarelle est un travail "vertical", tenez donc votre pinceau le plus souvent bien vertical ; jouez la capillarité : le "véhicule" de votre pigment, c'est l'eau!
Ne frottez pas ! ... Travaillez lentement en vous mettant au rythme du papier...

 

Aquarelle humide sur humide, par laurentsaintgermain

 

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #aquarelle, #marine

 

 

 

 

CONSEILS

La première étape est de savoir mettre en eau votre papier et bien connaître le cycle de l'eau. - Avant tout travail : installez-vous tout d'abord au mieux ("installation" : relire ici) sans oublier de fixer votre papier dans les « règles de l'art »… même pour un petit exercice. - Puis prenez un gros pinceau, genre pinceau mouilleur ou pinceau chinois, (pour le matériel : relire là ) et posez abondamment de l'eau sur toute la surface du papier … attendez … vérifiez que toute la surface soit bien brillante et cela de façon régulière …. Sinon n'hésitez pas à continuer à mettre de l'eau. En effet l'eau est posée sur toute la surface , mais doit pénétrer en profondeur dans les fibres du papier et cela de façon uniforme … L'effet n'est pas immédiat, et un papier d'aquarelle n'est jamais trop imbibé ; il doit être trempé à cœur. Cela peut demander un petit moment selon le grammage, la qualité et la taille de votre papier … le papier peut boire énormément … Observez !… Si, à la fin de votre mise en eau, il y a un surplus d'eau dans certaines parties, enlevez-le : pour cela essorez alors la pointe de votre pinceau et absorbez par capillarité le trop plein. Pour mouiller à cœur un papier il est possible de le passer aussi sous le robinet ou de l'immerger dans une bassine d'eau quelques minutes, avant de le fixer sur votre support ... ou bien d'insérer entre la feuille d'aquarelle et le support un papier buvard qui retiendra l'eau plus longtemps. 

 

Aquarelle humide sur humide, par laurentsaintgermain

 

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #marine, #aquarelle

 

 

CONSEILS

 

La technique " humide sur humide" est sans nul doute la plus complexe, mais aussi la plus fondamentale de toutes les techniques et méthodes d'aquarelle. Elle concentre toutes les qualités de ce médium, et repose surtout sur une connaissance approfondie de l'eau . Pour bien comprendre et pratiquer au mieux cette technique , il faut donc prendre le temps de comprendre et d'analyser les interactions entre l'eau, le papier, les pigments. (à suivre...)

 

Aquarelle humide sur humide, par laurentsaintgermain

 

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #Peinture acrylique, #aquarelle, #gouache, #huile, #paysage

 

 

 

J'ai dessiné une flèche, dirigée vers le lointain.

Je peindrai des couleurs pour exprimer la profondeur dans cette flèche. La partie avant est une série de jaunes de couleur chaude.

Et la partie éloignée de bleus plus froids.

Ce faisant, la direction de cette flèche semble s’éloigner du premier plan. Je vais donc essayer de dessiner une composition avec cette idée.

La montagne est en arrière-plan.

Le ciel est peint avec un bleu dilué et clair, car les particules présentes dans l'air voilent l'horizon.

Puis peindre avec un gris-bleu, la montagne la plus éloignée, saupoudrée de neige blanche. 

La montagne un peu plus proche est bleutée, mais il serait bon d'utiliser un peu d'outremer chaud, un peu plus sombre et d'y dessiner un peu de détails. Ce serait bien si nous pouvions exprimer la profondeur de ces deux montagnes.

Ensuite, je dessine la végétation, avec un vert composé de bleu outremer et d'ocre jaune. 

Cependant, la partie éloignée est d'un bleu-vert, influencée par le plan suivant. La zone plus proche de l'observateur est vert jaunâtre. En y précisant, un peu plus de détails.

 

Retour aux couleurs des montagnes intermédiaires. Bien qu'éloignées, elles sortent de ce voile bleuté, en laissant apparaitre un bleu-vert. 

Les maisons sont peintes de couleurs vives (rouge cramoisi), tout en laissant le blanc du papier apparaitre (le protéger avec du drawing gum). Cette partie du tableau permet d' accentuer le contraste, en jouant sur les couleurs complémentaires (rouge et vert).

Quelques détails précisés donneront du relief.

 

Dessinez les arbres de la colline surplombant le village, puis les peindre, en faisant apparaitre le feuillage, par des petites touches de pinceau brosse chargé de couleurs allant d'un vert sombre (bleu outremer et terre d'ombre) au jaune de cadmium pour les feuilles exposées à la lumière.

Peindre la partie dans l'ombre, renforcez le contraste entre lumière et obscurité et peignez la couleur de manière éclatante.

Peindre avec des petites touches de pinceau.

Peindre le champ de fleurs jaunes du premier plan

Déposez les couleurs directement sur le support.

Tapotez le pinceau sur le papier pour peindre les détails qui sont représentés par des fleurs aux couleurs vives et chaudes et des feuilles vertes aux couleurs complémentaires 

J'ai dessiné un paysage avec un sens de la perspective. L'arrière plan a des couleurs vives et froides. C'est une couleur bleuâtre, voire bleu-gris. Le premier plan a mis l'accent sur le contraste de la lumière et de l'ombre, en utilisant des couleurs vives et chaudes. Ce faisant, nous pourrons y appliquer la perspective par la couleur.

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #aquarelle, #paysage

 

Dessin et peinture - vidéo 2637 : Les paysages de l'automne - peinture aquarelle.

 

  
  
  ...

 
 
 
 

Après quelques semaines à peindre des fleurs ou des plantes, me voici cette semaine avec un paysage. Cela reste bien sûr dans le thème automnal. Les couleurs de l’automne sont tellement inspirantes !

Mon image de référence, ci-contre, a été prise à bord d’un train il y a quelques semaines. J’ai de suite aimé la façon dont seulement une partie des arbres étaient parés de leur couleur dorée et je voulais reproduire cela. C’était donc mon idée de départ autour de laquelle j’ai fait quelques croquis à l’aquarelle. Je voulais avant tout tester l’influence de l’ordre dans lequel je peins les éléments sur la fusion des couleurs. Vous pouvez voir mes croquis ci-dessous. Le résultat est que je préfère réaliser le ciel en premier et ensuite ajouter les différents éléments du haut vers le bas. Je trouve que de cette façon les fusions sont claires et n’empiètent pas trop sur le reste.

À cette première étude concernant le paysage, j’ai décidé d’y ajouter un petit éléments plus original dans mon aquarelle finale. En effet quelques jours avant, j’avais fait quelques test « d’impression » à l’aquarelle. C’est à dire que j’ai utilisé une feuille (ici, une feuille de fougère) pour imprimer la texture de cette feuille sur mon papier. Mes essais sont eux-aussi visibles ci-dessous. Cette technique consiste tout simplement à déposer la feuille sur mon premier lavis encore humide. Pour les essais, je l’ai recouvert de film plastique et apposer un poids par dessus. Les résultats sont très encourageant ! Et j’ai très envie de tester encore cette technique !

L’aquarelle de cette semaine est donc un mélange de ces deux études : un paysage d’automne auquel j’ai ajouter de la texture par le biais d’impression.

Paysage d’automne à l’aquarelle en vidéo

MATÉRIEL UTILISÉ :
Pinceaux : Raphaël petit gris « 803 » nº2, Escoda Último 1″ plat.
Papier : Canson Héritage grain torchon.
Couleurs : Bleu outremer (Daniel Smith), Vert émeraude (Schmincke), Or de quinacridone (Daniel Smith), Rouge winsor (Winsor & Newton), Terre de sienne brûlée (Schmincke).

 

Afficher l'original

 

 

  

     

 

 

Peindre des paysages et des arbres en automne, par laurentsaintgermaingif automne

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #Roman

 

Résultat de recherche d'images pour "l'homme qui voulait etre heureux"

 

"La vie est tout sauf perfection."

laurent Gounelle

 

 

Imaginez…Vous êtes en vacances à Bali et, peu de temps avant votre retour, vous consultez un vieux guérisseur. Sans raison particulière, juste parce que sa grande réputation vous a donné envie de le rencontrer, au cas où… Son diagnostic est formel : vous êtes en bonne santé, mais vous n’êtes pas… heureux.

Porteur d’une sagesse infinie, ce vieil homme semble vous connaître mieux que vous-même.

L’éclairage très particulier qu’il apporte à votre vécu va vous entraîner dans l’aventure la plus captivante qui soit: celle de la découverte de soi.

Les expériences dans lesquelles il vous conduit vont bouleverser votre vie, en vous donnant les clés d’une existence à la hauteur de vos rêves. Avec L’homme qui voulait être heureux, c’est tout un monde de possibilités nouvelles qui s’ouvre à nous à la lecture de cette histoire passionnante, où l’on découvre comment se libérer de ce qui nous empêche d’être vraiment heureux.

 

Laurent Gounelle, par l'équipe livres audio, pdf et musique relaxante

 

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #Peinture acrylique, #corps humain, #huile

 

Dessin et peinture - vidéo 2636 : Apprendre à réaliser un portrait à la peinture à l'huile 2.

 

Comment avoir une emprise sur la ressemblance ? 1. Une bon éclairage lors de la réalisation du portrait et donc un contraste "lumière-obscurité" sur le visage aide à obtenir la ressemblance, grâce à la mise en valeur des volumes. 2. Utiliser un miroir ou une glace, présenter y le modèle et la toile pour les observer ensemble, noter que les défauts apparaissent immédiatement. 3. Si vous portez des lunettes , retirez-les afin de voir grossièrement, les grands volumes et les valeurs.4. Vérifiez le portrait dans des conditions plus sombres, à la lumière estompée et diffuse , vous verrez des choses différentes, dans la pénombre. 5. Vérifiez votre peinture avec des yeux neufs : Prenez une pause de temps à autre pour reposer la vue qui s'habitue parfois aux défauts.

 

     

 

Le portrait, par laurentsaintgermain

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #Peinture acrylique, #huile, #corps humain

 

 

Dessin et peinture - vidéo 2635 : Apprendre à débuter un portrait à la peinture à l'huile 1.

         

            

 

             

 

Comment aborder le sujet du portrait à la peinture à l'huile. l'observation est le facteur déclenchant de la réalisation du portrait , que ce soit à partir d'une photographie ou d'un modèle. Il est nécessaire, au préalable, de préparer le support ou la toile, avec deux couches d'apprêt de teinte blanc cassé, ou de gesso, en ajoutant une petite quantité de peinture à l'huile: noir d'ivoire et d'ocre jaune. Lorsque la surface est parfaitement sèche, le personnage au fusain est dessiné, car cette matière est facile à effacer. Dessiner, dans un premier temps, la ligne médiane verticale de la face, en prenant les mesures proportionnelles, soit avec un instrument ( comme sur la vidéo ), soit à main levée ( crayon tenu verticalement et bras tendu ), de la longueur du visage (sommet du crâne au menton), y indiquer les points de repère ( bouche, nez, yeux et le départ de la racine des cheveux ). Tracer l'axe horizontal qui se situe au centre des yeux, et marquer la largeur du visage en repérant l'emplacement des oreilles. Après avoir tracé les contours, s'attacher à positionner les particularités. Placer votre dessin élaboré, devant une glace ou un miroir avec le modèle de préférence pour comparer, les disproportions et les défauts qui apparaissent systématiquement ( vous ne travaillerez jamais plus sans avoir recours à ce procédé ) , La terre d'ombre naturelle est la couleur qui remplacera le charbon de bois, pour le premier jus dilué à l'essence de térébenthine et pour la première sous-couche. Après séchage, les couleurs seront enfin utilisées.

 

Le portrait, par laurentsaintgermain

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #Peinture acrylique, #animaux, #huile

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog