Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de lapalettedecouleurs.over-blog.com

Le blog de lapalettedecouleurs.over-blog.com

Des milliers de vidéos pour vous aider à comprendre le dessin et la peinture (aquarelle, huile, acrylique), mais aussi l'écologie des cours d'eau, la lecture en écoutant de la musique relaxante

Publié le par laurent
Publié dans : #livres

 

Peinture de E.Zola par E.Manet 

 

Lorsque Emile Zola commence à s’intéresser à la

peinture de Manet en 1866, il n’est encore qu’un jeune critique d’art débutant ; un journaliste polémique, pas un écrivain. Manet à ce moment

est déjà un peintre confirmé, au faîte de sa carrière sinon de sa gloire et qu’un critique d’art célèbre, Charles Baudelaire, a déjà  défendu. D’une certaine manière, mais sur des bases tout autres, Zola prend le relais du poète qui  meurt en 1867 après avoir fait à Manet cette déclaration ambiguë : “Vous n’êtes que le premier dans la décrépitude de votre art”. Zola, en prenant appui sur l’oeuvre du peintre, pose les principes de ce qui deviendra sa doctrine naturaliste en peinture, basée sur la croyance en une réalité immédiate, une confiance dans les choses mêmes du monde qui nous entoure et dans la faculté de les représenter (de les rendre) telles

quelles, sans parti pris moral ni social, sans altération, sans “déformation”. L’individualité de l’artiste, sa vision personnelle et ses choix sont les conditions nécessaires pour qu’adviennent dans l’oeuvre la vérité et la beauté. L’humain est par rapport à la réalité extérieure l’élément variable, le facteur de renouvellement constant. Mais cette doctrine, que Zola n’applique pas de la  même manière selon qu’il s’agit de critique picturale ou de littérature, va progressivement faire écran à sa claivoyance sur l’évolution de la peinture moderne jusqu’à l’aveugler totalement face aux courants novateurs de la fin du siècle. Ainsi s’explique l’attitude de Zola - et son

évolution - à l’égard des peintres, ses contemporains.

Alors que Zola soutient les débuts de l’impressionnisme dès 1868, appréciant le plein air et la peinture claire, les sujets choisis dans le

réel observable le plus proche, “le premier coin de forêt venu”, il délaisse à partir de 1879 ses engagements, écoeuré par des toiles bigarrées qui lui paraissent avoir cédé à la facilité, et finit par se replier sur des artistes aux parti-pris tempérés de compromis et de concessions, des peintres de la

demi-mesure, tels Jules Bastien-Lepage, Léon Bonnat, Henri Gervex ou Edouard Detaille.

 

Cliquer sur ce lien:

pour la version audio. C'est agréable de pouvoir lire, avec un lecteur mp3,

 

 

 http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/zola-emile-edouard-manet-etude-biographique-et-critique.html

 

 

Pour les personnes intéressées par la version classique: .

 

 

 http://fr.wikisource.org/wiki/%C3%89douard_Manet,_%C3%A9tude_biographique_et_critique

 

compteur gratuit
   

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog