Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de lapalettedecouleurs.over-blog.com

Le blog de lapalettedecouleurs.over-blog.com

Des milliers de vidéos pour vous aider à comprendre le dessin et la peinture (aquarelle, huile, acrylique), mais aussi l'écologie des cours d'eau, la lecture en écoutant de la musique relaxante

Publié le par laurent
Publié dans : #Peinture acrylique, #acrylique, #huile, #paysage

Dessin et peinture - vidéo 3767 : Comment peindre un paysage réaliste ? - huile, acrylique.

Dessin et peinture - vidéo 3767 : Comment peindre un paysage réaliste ? - huile, acrylique.

 

Dessin et peinture - vidéo 3767 : Comment peindre un paysage réaliste ? - huile, acrylique.

La plupart des paysages positionnés sur des plans successifs se composent d'un ciel nuageux ou brumeux composé d'un mélange de bleu céruléum, additionné de blanc avec un zénith plus foncé, auquel on ajoute un peu de bleu outremer.  Les collines à l'horizon sont peintes avec un mélange de bleu céruléum, blanc, gris de payne et bleu outremer. Les champs, dans le lointain, sont esquissés avec ce mélange, auquel on ajoute du vert de hooker et du jaune de cadmium pour les tâches herbeuses soumises aux rayons lumineux. Le dosage du vert et du jaune va permettre d'influencer les parties herbacées. Pour réaliser le tronc de l'arbre, je bannis le noir d'ivoire de ma palette pour utiliser un mélange plus subtil de bleu outremer et de terre de sienne brûlée. Ce mélange est plus ou moins dilué en fonction de l'impact de la lumière sur l'écorce, il va permettre de donner du relief et du volume aux branches par ajout de terre de sienne ou d'une couleur plus claire avec un petit pinceau pointu.  Au pied des arbres, la végétation du premier plan utilise des mélanges plus francs de vert de hooker ou de jaune de cadmium et parfois une pointe de blanc de titane ou de terre de sienne, vient compléter ces associations de couleurs.  

 La vidéo du dessous est consacrée à l'application des verts sur la végétation en général et sur le feuillage, pour la réalisation des verts, se référer à l'article suivant:

Dessin et peinture - vidéo 568 : Obtenir du vert par différents mélanges de couleur (peinture acrylique).  

 

Dessin et peinture - vidéo 3767 : Comment peindre un paysage réaliste ? - huile, acrylique.

  

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #Peinture acrylique, #acrylique, #animaux, #huile

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #Peinture acrylique, #acrylique, #fleurs, #huile

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #Divers, #oeuvre expliquée, #peintres, #technique peinture, #techniques peinture
 

Dessin et peinture - vidéo 3764 : Une oeuvre expliquée de Ernest Pignon Ernest " Les expulsés" - street art.

Dessin et peinture - vidéo 3764 : Une oeuvre expliquée de Ernest Pignon Ernest " Les expulsés" - street art.

 

ANALYSE PLASTIQUE DE L'OEUVRE

Cette œuvre est un dessin réaliste en noir et blanc sur papier, puis reproduit par la technique de la sérigraphie  ,le tout marouflé sur le mur extérieur d’un immeuble en démolition.

Les deux personnages portent des affaires diverses : sac, valises, matelas. Le baluchon est roulé sous le bras et le matelas suspendu au bout de la main.

Ils semblent en train de partir, affaires aux bras. Leur visage est marqué par la tristesse et le poids de la vie. Le réalisme du dessin accentue l’impression que les personnages font partie du mur.

Composition :
L’œuvre se compose de deux personnages mis côte à côte, placé en bas d’un immeuble délabré, à hauteur d’homme.
La taille des personnages est à l’échelle 1, autrement dit grandeur nature.
L'angle de vue est frontal et le cadrage est un plan général.
C'est un dessin réaliste(proportions, ombres et lumière pour rendre le volume).
Il n'y a pas de décors dessiné:c'est le support de l’œuvre qui fait office de fond,un décors « réel ».

Couleur / Lumière :
L’ensemble : photographie et dessin sont en noir et blanc. La lumière est donnée par le jour. L’ensemble montre une ambiance plutôt terne.
Le noir des personnages domine sur le fond blanc.Il y a un fort contraste entre les valeurs sombres des personnages et le fond clair du papier.
Certains détails sont rendus en aplat(jambes de la femme), d'autres en dégradé de valeurs de gris.

La gestualité de l'artiste consiste en un travail de précision des détails, rendant l'ensemble réaliste.

Le support :
les murs extérieurs griffés, délabrés, fatigués d’avoir tant vécu et tant vu au contraire des musées et à leurs parois sans âge, sans couleur et sans qualité.

 

CE QUE l’OEUVRE EXPRIME

· Le mur est important pour la signification de l’œuvre : l’homme et la femme y sont collés par le marouflage, comme s’ils étaient ancrés à la maison, comme s’ils appartenaient à la mémoire du lieu.
· Le mur est aussi un pied de nez aux espaces conventionnels dédiés à l’art tels que musées et galeries.
· Le mur résonne avec l’histoire du lieu et apporte l’histoire aux personnages représentés.
· Les déchirures du papier rappellent le déchirement du lieu des expulsés.
· L’usage du noir et blanc apparaît là, pour ancrer l’image dans le passé ; en noir et blanc comme une vieille image de laquelle resurgit le souvenir du lieu, de leurs habitants, des moments passés dans les murs, moments d’intimité.
· Le noir et blanc participe aussi de l’atmosphère sombre, terne.
· La dégradation de l’affiche est à l’image de ces vies déracinées vouées à l’oubli. Peu à peu la mémoire s’efface, se dégrade. Le temps des souvenirs, de l’œuvre semblent contredits par la photographie qui immortalise, arrête le processus. La photographie elle-même finira bien par vieillir…
· Le matériau : le papier joue du temps de l’œuvre participant à montrer la mémoire qui s’efface progressivement.
· L’échelle de l’œuvre a aussi son importance puisqu’elle est à la taille humaine, donnant ainsi plus de réalisme au propos et permettant plus facilement une assimilation du spectateur aux personnages représentés.
· La composition : la situation des personnages à hauteur d’homme et face au spectateur accentue le réalisme.

Mise en en lumière d’une problématique, « de la perte et de l’occupation d’un territoire »
Afin de dévoiler la beauté de ces surfaces, mais surtout l’injustice commise vis-à-vis des habitants délogés de ces immeubles, Ernest Pignon Ernest réalise la série des Expulsés. Sur les parois délabrées, un couple ayant rassemblé quelques affaires (valises, sacs, matelas, cadres de photos) fait face aux passants, l’air digne mais aussi profondément triste et las. L’image a quelque chose d’archétypal: à regarder les photographies témoignant de ces collages, il est impossible de déterminer l’époque ou la nation à laquelle cet homme et cette femme appartiennent car ils rappellent tous les exils, les exodes liés à la guerre et à l’oppression.
 

Ernest Pignon, par laurentsaintgermain

 

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #Peinture acrylique, #acrylique, #huile, #nature morte, #technique peinture, #techniques peinture

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #Peinture acrylique, #acrylique, #fleurs, #huile

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #aquarelle, #paysage

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #fleurs, #pastel, #pastel dessin et fusain, #pastel et fusain

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #Peinture acrylique, #acrylique, #huile, #nature morte

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #aquarelle, #corps humain, #nature morte

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog