Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de lapalettedecouleurs.over-blog.com

Le blog de lapalettedecouleurs.over-blog.com

Des centaines de vidéos pour vous aider à comprendre le dessin et la peinture (aquarelle, huile, acrylique), mais aussi l'écologie des cours d'eau, la lecture en écoutant de la musique relaxante

Publié le par laurent
Publié dans : #Peinture acrylique, #huile, #techniques peinture

 2/ MYLENE FARMER  + vers 2014 : TIMELESS 2013 !!!

La version longue

Peindre l'arrière-plan 

Je commence à cacher l' oiseau et la branche avec du liquide de masquage, afin de peindre rapidement l'arrière-plan.  Je vais utiliser du vert sombre, pour créer un contraste maxi avec les plumes de l'oiseau. Il suffit de mélanger quelques verts foncés que nous déposeront sur la toile, avec une brosse plate, sans chercher à détailler cette partie du tableau, pour éviter que le regard ne se détourne du sujet principal qui est la mésange bleue.

 

Peindre le corps de l'oiseau

Commencer par peindre le corps de manière globale, les plumes se superposent naturellement, à la manière des tuiles d'un toit. De cette façon les plumes se chevauchent naturellement. la sous plume est noirâtre, alors que la partie apparente disposée sur le corps, est jaune.

Un petit rappel pour mieux comprendre la couleur du plumage d'un oiseau.

Une plume, une rémige (plume de l'aile), une rectrice (plume de la queue et non pas la femme du recteur) sont colorées par:

  •  1 pigment qui fournit la couleur noire,: la mélanine.
  • 1 pigment qui donne la couleur marron ou brune: la phéomélanine.
  •  La graisse de couleur jaune.
  • Le rouge, est un caroténoïde qui provient de la nourriture qui contient du carotène ( petits crustacés, avec l'exemple du flamand rose ou algues).
  • L’absence de pigmentation ou de couleur donne le blanc.
  • Le bleu provient de la diffraction de la lumière sur une plume qui ne possède que très peu de mélanine. La longueur d'onde qui atteint la rétine de l'observateur fait vibrer les cellules sensibles au bleu.. Pour que cette diffraction ait lieu, il faut que la plume ait une structure particulière, c'est le cas de beaucoup d'oiseaux exotiques.
  • Le vert donc, est une association de mélanine et de graisse.
  • La base des plumes ou du duvet est généralement chargée de pigment noir.

Après cette petite parenthèse. Le sous plumage, que l'on aperçoit en soufflant, sous le ventre (le duvet de l'oiseau) sera peint avec un gris de payne foncé. L'extrémité des plumes avec un jaune de cadmium clair (l’arête du pinceau plat donnera la direction de la plume, par petites touches saccadées), la partie intermédiaire sera constituée d'un mélange variable de gris de payne et de jaune de cadmium.  Si vous observez attentivement, les plumes du corps, vous verrez qu'elles sont très compactes pour protéger l'oiseau des intempéries, on n’aperçoit en général chez les oiseaux sains que l'ultime extrémité jaune de la plume). 

Peindre les pattes 

Bien que ce ne soit pas la partie la plus intéressante de la composition, utiliser le mélange: gris de payne et blanc de titane. La réalisation est simple. 

Peindre les ailes ( rémiges)

  Dans l'ensemble, elles sont plus sombres sur les côtés peints avec du bleu outremer que sur le dos où la lumière va éclaircir et modifier leur tonalité par la présence de bleu céruléen. Entre les rémiges, le gris de payne va marquer ces zones d'ombre, en précisant la courbure de l'aile. A leur extrémité, les plumes sont violacées en associant bleu outremer et rouge cramoisi.  Mettre en surbrillance les bords de l'aile, pour faire jouer le contraste ombre-lumière. 

 Peindre le haut du corps 

Au sommet du dos, la lumière va éclaircir le gris de payne,  qui était la couleur de base de la représentation du duvet ventral. Pour cette zone, le gris de payne sera fortement teinté de blanc de titane pour l'obtention d'un gris très clair et lumineux. L'orientation des fines extrémités de ces petites plumes se fera avec un pinceau fin et effilé ou avec l’arête de la brosse plate. Suggérer les détails et le contraste, à l'aide de quelques touches de couleur pourpre (bleu outremer+rouge cramoisi), pour mettre en évidence le pigment brun ou phéomélanine.

Peindre les rectrices ou plumes caudales

Le processus est le même que pour la réalisation des plumes des ailes. Le blanc de titane sera très présent sur l’arête de la plume, pour bien marquer l’opposition entre l'ombre et la lumière. Assombrir l'ombre portée des ailes sur la queue, pour bien mettre en évidence ces 2 parties du plumage. 

Peindre la tête 

 

Maintenant, nous pouvons peindre la tête avec un petit pinceau effilé et souple et du noir d'ivoire, en commençant par le trait horizontal autour de l’œil, le triangle sous le bec et la bordure de la tête. Ensuite en tapotant du blanc de titane avec le petit pinceau, sur le reste de la tête, on va chevaucher, par endroits, le noir en donnant l'impression d'un plumage gris et contrasté qui donnera l'illusion de voir apparaitre individuellement les plumes.  Terminer par le bec avec du gris de payne, du blanc et un peu de terre d'ombre.

Peindre le reflet de l’œil  

Positionner le point blanc lumineux de l’œil, qui va donner sa concavité à cet organe de la vision. Puis marquer le sommet de la tête de quelques touches de bleu.

Peindre la branche 

Pour la branche: 2 parties à peindre:

  • Pour donner l'effet de bois sans écorce, appliquer sans ordre précis, du  brun, du noir, du jaune, du rose, du gris et de la terre de Sienne brûlée. Tamponner au hasard ces teintes sur la partie horizontale du bois.
  • L'écorce est peinte avec du noir et du gris, par petites touches, pour créer l'effet de bois brut. 

 

 

La version courte

2/ MYLENE FARMER  + vers 2014 : TIMELESS 2013 !!!

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog