Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de lapalettedecouleurs.over-blog.com

Le blog de lapalettedecouleurs.over-blog.com

Des milliers de vidéos pour vous aider à comprendre le dessin et la peinture (aquarelle, huile, acrylique), mais aussi l'écologie des cours d'eau, la lecture en écoutant de la musique relaxante

Publié le par laurent
Publié dans : #aquarelle
     
 
 
Cette vidéo consacrée à la concrétisation de la peinture sur les finitions du plumage remet en valeur le mélange gris foncé, composé de brun van dyck, ocre rouge, vert foncé et vert de cobalt, bleu de cobalt et d'une pointe de violet, qui précise les détails
- des rectrices (grandes plumes des ailes).   
- de l'oeil, de son contour et de la tête en général.
- de l'abdomen et des rectrices (plumes de la queue).
      Les pattes sont recouvertes, pour les zones éclairées de l'association très diluée, d'un ocre rouge et de la terre de sienne; d'un mélange plus intense, pour les parties ombrées.
Le rocher est peint, de çi de là, avec de l'ocre rouge ou de l'orangé de cadmium. Un boule de papier froissée et imbibée de la teinte créée avec le dernier mélange, est tapotée sur la zône rocailleuse pour donner l'illusion d'une roche érodée.
Une brindille à base de vert de cobalt et de jaune de cadmium complète le tableau. Le vert de cobalt sera aussi ajouté dans le feuillage suggéré.
 
Capt 120413 172049 001
Liens:
-

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #aquarelle
 
La première partie de la vidéo est consacrée au dessin, s'aider de la vidéo çi-dessous . Ensuite, humidifier abondamment le papier qui va correspondre à l'arrière-plan de la peinture et à la partie ventrale du moineau mâle qui confectionne un nid en utilisant des bouts de végétaux..Utiliser un mélange de terre de sienne et de terre de sienne brûlée pour passer un lavis très dilué de ce mélange sur le bas ventre et sur le fond du tableau qui jouxte cette partie de l'oiseau. Ajouter un vert foncé et un vert de cobalt (bleuté) pour suggérer la verdure qui va créer la couleur complémentaire avec le brun rouge du moineau ( vert et rouge: 2 couleurs complémentaires qui s'harmonisent ). La méthode de l'humidification va provoquer l'osmose des couleurs entre elles et va produire naturellement, après séchage, le relief de la verdure. 
Utiliser le même processus pour le premier plan, avec la terre de sienne pour le lavis, en ponctuant de terre de sienne brûlée, plus foncée, la surface du rocher pour le faire apparaître en relief. 
Un mélange gris foncé légèrement bleuté, constitué de rouge carmin ou d'ocre rouge, de bleu de cobalt, de vert foncé et de vert de cobalt (jaune+bleu), fournit l'ingrédient qui passé avec un pinceau souple et peu humidifié, dans le sens du poil ou plutôt de la plume, va servir à la confection du duvet et des petites plumes ( Il faut savoir que l'association des trois couleurs primaires: bleu, rouge et jaune fournit le gris ). Un gris bleuté plus foncé  sera créé par l'association de brun van dyck, de vert et de bleu de cobalt, pour le duvet sombre; enfin la couleur naturelle du plumage ventral sera obtenue par le mélange ocre rouge, terre de sienne brûlée qui sera déposé, très dilué, sur les gris précédents. 
   
 
Capt 120413 172049 001
La peinture se poursuit en travaillant avec le pinceau pointu, en alternant les mélanges de gris foncé bleuté et de marron rouge, créés précédemment, pour les finitions des plumes de l'abdomen.
         Les couleurs, ocre rouge,terre de sienne et terre de sienne brûlée sont associées pour les plumes de la partie supérieure de la calotte et de la nuque. Pour les zones ombragées de la tête, on reconstitue le gris sombre pour foncer, avec minutie, la couleur du plumage, l'intérieur de l'oeil, les tâches des joues, le front, le menton et la gorge.
 Après avoir déposé quelques touches de bleu outremer dilué, on reprend la couleur naturelle du plumage pour peindre la partie supérieure des rectrices (le milieu de cette plume), on ajoute même une pointe d'ocre rouge. Du brun van dyck, de la terre de sienne brûlée ou du mélange gris foncé viennent marquer leur séparation et leur extrémité pour achever cette partie du moineau. 
    
Le plumage des oiseaux:

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #oeuvre expliquée, #peintres
 
 
 
 Après la période de ses débuts (1859-1871), Cézanne de 1872 à 1876 traverse la période impressionniste, qui le conduira à une période constructive (1878-1890) et enfin à une période synthétique jusqu'en 1906.    
        Le Garçon au Gilet Rouge. (vers 1889).
 
 
Faire glisser le doigt de la souris devant les diverses rubriques, pour afficher le contenu.
   
Dans ce tableau, plusieurs éléments semblent s'extirper de la composition de l'oeuvre:
- Les bras du jeune garçon semblent disproportionnés. La longueur du bras droit, qui occupe un vaste espace dans la toile, est nettement plus grande que celle de l'avant-bras, si l'on se référe aux caractéristiques anatomiques d'un être humain (les 2 parties sont sensiblement égales). Le bras gauche paraît dissocié de son avant-bras, au niveau du coude.Cézanne ne s'attache qu'à la composition et à l'équilibre des formes et des couleurs, seule la vision et le résultat final l'intéressent. 
- L'oreille droite  est immensemment démesurée, à l'image d'un pavillon qui capterait tous les sons, malgré l'air absent du personnage. De nombreux critiques ont noté le caractère de masques des portraits de Cézanne. Ici le jeune homme semble avoir été réduit à une nature morte. Il ne communique pas avec l'observateur, la figure n'a que peu d'expression ,et les attitudes sont volontairement rigides. C'est comme si le peintre n'avait pas accès au monde intérieur du personnage, mais pouvait simplement le voir de l'extérieur. Dans ses autoportraits Cézanne fait preuve d'un extrême détachement, immobilisé et distant dans sa comtemplation. L'exemple des "joueurs de cartes" résume assez bien le détachement des acteurs et le repli méditatif, lorsque l'on connait le tempérament excessif et fougueux des méditerranéens, qui ne s'exprime pas autour de la table de jeu.
 - La couleur rouge: Les tâches rouges apparaissent chez Cézanne dès 1866 sous la forme d'un étrange objet dans une nature morte à laquelle on donne habituellement le titre : Crâne et bougie . Certes, nous voyons un crâne et une bougie largement consumée (thème habituel des Vanités), et aussi un livre. Mais il y a, en plus, trois ou quatre masses (rouges) dont le statut est incertain : un coquillage, un fruit (pomme ou oignon), et aussi encore un ou deux trucs rouges, aussi inqualifiables que le sourire rouge du grand coquillage de la Pendule noire. Avant, il y avait eu ce corps masculin flambant rouge dans l'Enlèvement (1867) et, la même année, les joues rose vif de la femme nue, lascive, du Punch au rhum, qui se reflète dans l'étrange bonnet rouge de l'homme à la pipe, et (déjà) les pommes de la première Moderne Olympia.
Il arrive que le rouge soit concentré en certains lieux inattendus, une sorte d'appel sonore parfois explicite (Apothéose de la femme, 1875), parfois implicite comme ici, ou le guéridon de la deuxième version de la Moderne Olympia, 1873, ou encore l'espèce de tablier fessier de la servante noire de L'après-midi à Naples (1876)) et enfin dans la nature morte Pommes et oranges de 1895 (l'année où Cézanne aurait déclaré : "Il n'y a que moi qui aie du tempérament, il n'y a que moi qui sache faire un rouge!" (Doran, Conversations avec Cézanne p183)), le rouge est partout. Sur le mur, dans les pommes, sur les nappes. C'est là d'ailleurs qu'il aboutit, sur les pommes, là qu'il trouve sa destination finale, près du Cupidon, sur un buffet ou une armoire.
Sans doute la couleur rouge a-t-elle une vocation pour l'hétérogène.  
 
Les pensées de Paul Cézanne à méditer.
 

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #aquarelle
 
     
 
     
Mélanger du jaune et un peu de rouge de cadmium, jusqu'à obtenir une couleur orangée.
Peindre l'orange avec 3 lavis dilués à partir de ce mélange, en laissant sécher entre les deux premiers lavis, estomper un peu de pigment avec un pinceau sec, pour indiquer les reflets lumineux.
Essuyer le pinceau et estomper de nouveau. Ne pas laisser complètement sécher  le papier, qui avait été mouillé à l'origine, continuer à peindre, en définissant le volume du fruit, pour celà ajouter de l'orange un peu plus soutenu que précédemment (ajouter du rouge de cadmium au mélange).
Accentuer le volume du fruit en renforçant la couleur orangée dans les parties ombrées, en ajoutant un peu:
 - soit de terre d'ombre,
 - soit en appliquant "la théorie des ombres" du chimiste Eugène Chevreul, qui explique que pour trouver l'ombre d'une couleur, il faut lui oter le plus de blanc possible et lui ajouter un peu de sa complémentaire mélangée à du bleu outremer. Cette théorie s'applique surtout aux ombres portées froides.
Dans notre cas, celui de l'orange, il faut traiter l'ombre avec une couleur violine, qui est complémentaire de l'orangé, enrichie de bleu.
Fusionner, avec un pinceau plat, le passage entre les deux teintes pour un résultat harmonieux. Pour une harmonie totale, votre fruit sera composé à partir d'un tiers d'ombre et de deux tiers de lumière. Avec un petit pinceau pointu, chargé de blanc, déposer la peinture pour accentuer les parties lumineuses et sur le reste de la peau d'orange pour donner cette impression de peau granuleuse.
Pour la moitié d'orange, appliquer le même principe pour l'extérieur de l'agrume, que pour l'orange entière. Pour l'intérieur des quartiers d'orange, utiliser le mélange orangé très dilué, en déposant un lavis léger. Laisser les blancs, afin de ne pas remplir la surface de façon uniforme et faire apparaître des reflets de lumière avec le pinceau pointu, qui ponctue de blanc l'intérieur des différents triangles pour donner cet aspect juteux. En bordure des tranches, ajouter du orange plus soutenu.       

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #techniques peinture

 

    leaf painting brush Comment peindre le feuillage sur les arbres ?
La méthode préconisée par la vidéo vous permet d'utiliser cette technique pour peindre les feuilles, mais pas que pour cet arbre. Les variétés qui suivent, décrites ici par jean claude Fromentin, que je remercie tout particulièrement, font l'objet du même suivi. On peut y ajouter: fougères arborescentes, broussailles et de buissons.

 

   

 

jean claude fromentin

Le bouleau

Son port élancé est bien connu, il peut atteindre 25 à 30 m et son tronc blanc est particulièrement décoratif avec son aspect soyeux et argenté, strié de lignes plus sombres et s'exfoliant en fines pellicules.

La structure du tronc est mouchetée de gris argenté. appliquer les tons sombres en premier . les tons clairs seront passés en coup de pinceaux grossiers , après séchage de la première couche

Pour suggérer les jeunes feuilles , la texture doit être diluée et passée en larges coups de brosses en évitant les détails . Laisser des trous dans le feuillage,pour faire apparaitre la lumière de l'arrière plan

Terminer par les details et les réhauts

couleurs : blanc , noir , jaune de cadnium, vert de vessie , terre de sienne

 

jean claude fromentin

Le cèdre

Les cèdres sont de grands arbres, de 25 à 50 m de haut, dont la cime aiguë dans le jeune âge prend une forme tabulaire caractéristique à partir de 30 ans .Les branches sont très étalées à l'horizontale. Les feuilles sont des aiguilles persistantes, courtes (2 à 4 cm )

Arbre aux couleurs sombres et profondes . Faire l'esquisse couleur avec du bleu foncé et du vert clair . Après séchage retravailler par dessus avec les couleurs plus claires en définissant bien les formes du tronc et des branches . On fera l'arrière plan en rendant plus précis les contours du cèdre

Couleurs : vert olive , vert jaune transparent , vert de vessie, vert oxyde de chrome .

 

jean claude fromentin

Le chêne

Il peut atteindre 50 m.
C'est un arbre cossu et irrégulier. Les branches basses sont puissantes et leur aspect tortueux est caractéristique en hiver. Son feuillage n'est pas très dense et on aperçoit les branches même en été. Le Chêne pousse droit et haut.
son tronc peut atteindre 2 m de diamètre chez le chêne pédonculé. Il est robuste et droit.

A la brosse plate , on peint la structure de l'arbre , le tronc , et les branches principales en formant des angles aux ramifications . Construire l'arbre petit à petit avec des pinceaux de plus en plus fins . Terminer les petites ramilles au feutre fin . Enfin le feuillage sera peint avec une grosse brosse pour éviter les détails et appliquer un pointillage vert jaune de différentes grosseurs

Couleurs : terre de sienne , vert oxide de chrome , terre d'ombre .

 

jean claude fromentin

Le cyprès

Arbre typique du Midi de la France, le cyprès et sa silhouette élancée font partie du décor méditerranéen. En sujet isolé, en haie ou en brise-vent, il se plait au jardin où son effet dure toute l’année grâce à son feuillage persistant et coloré.

Son feuillage est très dense . le branchage part de la base de l'arbre pour remonter vers le sommet : il doit être touffu et finir en pointe . Le feuillage est peint dans le même sens en définissant la forme de l'arbre et en gardant l'équilibre entre le tronc et le feuillu . Eviter la surcharge

Couleurs : vert oxyde de chrome , vert olive ,bleu de cobalt , terre d'ombre brulée .

 

jean claude fromentin

L'épicéa

L'épicéa commun est le plus haut des résineux ; familier de nos fêtes de fin d'année, il orne salles des fêtes, boutiques et maisons, parés de mille et un ornements. C'est lui bien souvent votre "sapin de Noël". Sa couleur vert sombre en fait un sujet apprécié et choyé, très présent dans le Nord de l'Europe. Peu difficile sur la nature du sol et le climat .

Comme pour le sapin peindre d'abord les fonds après les avoir dessinés , puis esquisser votre sapin . Le peindre en dernier pour le faire ressortir . Enlever la gomme de mascage que vous auriez pu mettre pour les reservations lumières au trvers de l'arbre . Finir par les détails et les réhauts

couleurs : vert olive ,vet de vessie , violet dioxazine , blanc

 

jean claude fromentin

Le frêne

Le frêne commun est l'une des plus grandes espèces feuillus d'europe . Il peut atteindre 30 à 40m de haut : son feuillage n'est pas très dense  et le branchage très fourchu .

Le tronc et les branches seront travaillés entre le élements du feuillage préalablement peint . Varier les couleurs et les tonalités. Continuer la construction du feuillage en rajoutant des feuilles avec un pinceau rond . Quand l'arbre est terminé et sec représenter les lointains au travers du feuillus en peinture diluée .

Couleurs : terre de sienne , ocre jaune , sépia

 

jean claude fromentin

Le hêtre

C'est un arbre majestueux haut de 18 à 30 mètres à cime large. Son tronc, à l'écorce lisse et grisâtre, peut atteindre une circonférence de 6 mètres. Ses feuilles de forme ovale sont brillantes, entières et pointues.

Peindre le tronc et les branches en étirant les plus fines . Varier le mélange et tamponner avec un chiffon doux ici ou là pour estomper. Pour le tracé enchevêtrer des ramilles prendre une brosse plate sur le coté en la tirant depuis le sommet vers le tronc.A la fin du tableau faire les éclats de lumière au travers des branches .

couleurs : ocre jaune , rouge indien , vert olive , gris de payne , terre d'ombre .

 

jean claude fromentin

Le marronnier

Arbre caractéristique par ses rondeurs, il peut parfois être assez haut .

Peindre d'abord  une couche de rouge en esquisse  puis ajouter les verts du feuillage en travaillant les ombres verticalement . Ajouter dans le frais des verts plus vifs de la même facon . Ajouter ensuite les fleurs qui pendent avec du blanc et un petit pinceau , en nombre suffisant .

Couleurs : bleu outremer , bleu de cobalt , vert oxyde de chrome , vert de vessie .

 

jean claude fromentin

Le noyer

Les noyers sont des arbres à croissance rapide pouvant atteindre 20 à 25 m . Leur écorce est gris-clair. Les feuilles , assez grandes et très éparpillées .

Après avoir peint et laisser sécher votre arrière plan , esquisser le feuillage et le tronc à la peinture . Préparer un mélange plus foncé et bien dilué , puis le projeter par giclures avec une brosse dure délicatement avec votre doigt sur les poils du pinceau. Travailler à plat pour éviter les coulures. Terminer par les couleurs plus foncées et travailler détails et réhauts

Couleurs : jaune de cadnium , violet , vert olive . sépia , terre d'ombre brulée .

 

jean claude fromentin

L'olivier

C'est un arbre pittoresque avec des feuilles argentées . Son feuillus est persistant et son tronc tortueux

Avec une brosse en touches parallèles , peindre le tronc tortueux et le branchage de l'olivier. Bien diluer la peinture pour avoir une touche franche et sûre . Por fondre les couleurs ,tremper le pinceau dans l'essence de térébenthine et le passer sur les couleurs  . Avant séchage complet appliquer dans les parties fondues des touches claires pour créer les zones de lumière

Couleurs : vert jaune , vert phtalo , bleu azur , terre de sienne brulée . 

 

jean claude fromentin

Le peuplier

Arbre très haut et très fin qui se plie admirablement sous les coups de vent

La prmière couche est faite diluée avec une couleur chaude . Laissez sécher et faire les zones de feuillage avec du vert dilué . Les zones d'ombres sont en vert plus foncé . Laisser des éclats de peinture du fond apparaitre

Couleurs : vert émeraude , terre de sienne brulée , orange

 

jean claude fromentin

Le séquoia

Arbre très haut dépassant parfois les 100 mètres . Il est toujours vert et l'écorce de son tronc velouté est rouge .

La mise en place des formes et des masses seront faites avec des mélanges dilués et légers . Les masses sombres des troncs seront estompées avec l'arrière plan .

Le délicat feuillage du premier plan sera travaillé en dernier sur la couche précédente non sèche , par touches horizontales plus épaisses , et dans le vert frais.

Couleurs ; vert oxyde de chrome , vert de vessie , terre d'ombre naturelle .

 

 

Le cerisier

Arbre très esthétique qui se pare de blanc et de rose pendant sa floraison au printemp. Ses jeunes pousses sont rouges et vertes.

Esquisser le feuillage avec un rose pâle pour les fleurs , et peindre l'arrière plan par pointillisme au travers de ce rose pâle.Ajouter queques pointes de vert . Ensuite peindre votre ciel et effectuer quelques touches de bleu au travers du rose pâle.Terminer enfin en donnant du relief à l'ensemble en faisant les réhauts des fleurs avec de petits pinceaux

Couleurs : rose pâle , blanc , bleu , jaune de cadnium .

 

 

Le cocotier

Habitat bord de mer ; les jeunes branches poussent droites puis se recourbent avec le temp.

Peindre l'abre à la brosse en le supperposant sur le fond du ciel bien sec. ensuite travailler les branches au pinceau sec .

Ensuite gratter au scalpel ou cutter les zones lumières au travers des branches; équilibere ces zones. cela est la technique du sgraffito. Faire les détails et les rehauts

couleurs : vert olive , vert de vessie , ombre brulée, jaune

 

 

Le platane

Il vit fréquement au bord de nos routes et chemins . Son écorce s'écaille pour faire apparaître des plaques argentées grises et brunes.

Tracer la forme du tronc avec un pinceau dur en striant à 45° des traits de couleurs brunes et vertes pour figurer le dessous de l'écorce qui se détache . Faire l'écorce au gris argenté en la fondant avec la sous couche . Donner de l'effet relief en grattant un peu la peinture fraîche. Faire les détails et les réhauts .

Couleurs : gris , gris bleu , vert olive , sépia , blanc  

 

 

Le pommier

C'est un petit arbre pas très haut

Après avoir peint et laisser sécher votre arrière plan , esquisser le feuillage et le tronc à la peinture . Préparer un mélange plus foncé et bien dilué , puis le projeter par giclures avec une brosse dure délicatement avec votre doigt sur les poils du pinceau. Travailler à plat pour éviter les coulures. Terminer par les couleurs plus foncées et travailler détails et réhauts

Couleurs : jaune de cadnium , violet , vert olive . sépia , terre d'ombre brulée .

 

 

Le sapin

On le rencontre sur les pentes des alpes ; Il est d'un grand contraste par rapport aux seconds plans . Il est toujours vert et magnifique recouvert de neige en hiver.

Peindre d'abord les fonds après les avoir dessinés , puis esquisser votre sapin . Le peindre en dernier pour le faire ressortir . Enlever la gomme de mascage que vous auriez pu mettre pour les reservations lumières au trvers de l'arbre . Finir par les détails et les réhauts

couleurs : vert olive ,vet de vessie , violet dioxazine , blanc

 

 

Le saule pleureur

Le saule pleureur est sans doute l'arbre le plus connu , ses feuilles qui pendent sont élancées et d'un vert brillant

Faire la forme du feuillus avec du jaune  et mettre en mascage les zones jaunes que l'on désire garder. Peindre les couleurs suivantes en forme arrondie qui retombent sur le sol , en essayant de leur donner de la stucture . Finir les tons les plus foncés et équilibrer les couleurs et les contrastes

Couleurs : vert olive , vert émeraude , jaune , bleu , sienne brulée

 

 

Le tremble

leur feuillage est très mobile et celles ci vertes clair sur le dessous et vertes clair sur le dessus. La structure du tronc est mouchetée de gris argenté. appliquer les tons sombres en premier . les tons clairs seront passés en coup de pinceaux grossiers , après séchage de la première couche

Pour suggérer les jeunes feuilles , la texture doit être diluée et passée en larges coups de brosses en évitant les détails . Laisser des trous dans le feuillage,pour faire apparaitre la lumière de l'arrière plan

Terminer par les details et les réhauts

couleurs : blanc , noir , jaune de cadnium, vert de vessie , terre de sienne

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #Peinture acrylique
 
Cette peinture est réalisée sur une toile de 80x60 cm.
Après le dessin des maisons à peine esquissées et des silhouettes des bateaux, une multitude de détails viennent ponctuer la réalisation de la partie supérieure de la toile. Le reflet dans l'eau de la coque des bateaux se fait au pinceau fin, à l'aide de bandes de peinture. Les mats et leurs reflets, dessinés à l'aide de la tranche d'une spatule ou d'un couteau, auraient pû s'exécuter plus simplement avec le bord d'un rectangle découpé dans une boite à chaussures et imbibé de peinture acrylique. De larges touches de bleu outremer, sont posées sur l'eau à l'aide d'un  pinceau ou spalter pour matérialiser les nappes d'eau reflétant le ciel.
Lien:

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #Peinture acrylique
 
Cette peinture est réalisée sur une toile de 80x60 cm.
Le travail du peintre n'est pas de reproduire le réel, de l'imiter, mais de ressentir et donc de faire ressentir par ses propres moyens ce que la nature nous propose. Peindre les jeux des reflets sur l'eau (lumière, vibration, transparence..), sur un quelconque support, c'est en apparence tenter de saisir, avec la peinture, un aspect immatériel du réel. La peinture est en quelque sorte le reflet du reflet, avec son propre mode d'existence, à base de pigments, de liant, de dessin, de gestuelle ou d'effets de matière, auquel on ajoute cette petite chose indéfinissable, qui ne serait rien sans le talent et le travail du peintre: l'inspiration.
Les eaux qu'elles soient calmes, vives ou tumultueuses appelent donc le peintre à la réflexion, dans les deux sens du mot. 

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #huile
 
 
   
    palette-video-794.jpg
 
La peinture est un coucher de soleil, sur fond de pont métallique, mais aussi une leçon technique sur l'utilisation du couteau ou spatule en peinture.
Le coucher de soleil et les reflets de l'eau sont peints en premier, puis le pont à l'aide de l'arête du couteau à peindre. Le pont et les arbres sombres permettent de créer un contre jour et se détachent ainsi du ciel rougissant..
Après avoir peint le pont, le feuillage est ajouté aux extrémités et donne ainsi de la perspective au tableau.



 

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #huile
 
 
   
Les couleurs de la palette     

.

Il s'agit de la liste des couleurs de la palette pour la réalisation entre autre de ce portrait.

Quelques notes sur ces couleurs:

  • Blanc:  Mélanger parfois le blanc de zinc et le blanc dioxyde de titane.  .
  • Jaune citron: Peu utilisé, mais il fait une merveilleuse combinaison avec le blanc et le carmin, pour la teinte des joues.
  • Ocre jaune: C'est la couleur de base, pour rendre les tons de la peau.
  • Terre de sienne: Rarement utilisé, mais parfois utile pour les teintes du front. mélangé avec du bleu céruléum, il donne une belle nuance pour l'arrière plan.
  • Rouge de cadmium clair: Mélangé  avec l'ocre jaune pour les tons de la peau.
  • Rouge de cadmium profond: Un rouge frais, agréable pour le blush sur les joues.
  • Orangé de cadmium: Une ombre agréable si on l'associe au vert viridian.
  • Rouge vénitien: Parfois utile pour les lèvres, avec du blanc.
  • Rouge indien:  Pour les lèvres et pour produire des tons couleur chair dans une tonalité de peau plus foncée.
  • Terre de Sienne brûlée: Utile pour les ombres avec un vert émeraude. Avec le bleu outremer, il remplace le noir. Combiné au noir d'ivoire pour les cheveux brun-noir.
  • Terre d'ombre brûlée: Il est souvent utilisé pur .
  • Rouge carmin: Indispensable, mais à utiliser avec partimonie et intelligence. Fournit un mauve avec le bleu outremer et le blanc. Utile pour refroidir les tons de la peau.
  • Permanent jaune-vert: une couleur vert clair, utile pour la peau bronzée
  • Oxyde de chrome vert: Un vert solide pour faire une ombre brunâtre avec du rouge de cadmium lumineux.
  • Viridian: couleur foncée parfaite pour commencer à faire des ombres.
  • Bleu céruléen ou céruléum: approprié pour refroidir les tons chair enflammés.
  • Bleu outremer: fournit un noir avec de la terre de Sienne brûlée . Avec carmin et blanc, on obtient un mélange violacé.
  • Le noir d'ivoire:  Donne un gris neutre avec ocre jaune et blanc. Avec de la terre de sienne brûlée, il produit un ton bien adapté pour les cheveux noirs.          

Voir les commentaires

Publié le par laurent
Publié dans : #Peinture acrylique
      
 
    NB:Lorsque la vidéo démarre, cliquer sur le premier carré blanc en bas et à droite de cette vidéo, pour supprimer les annotations
    Matériel utilisé pour la peinture:
Aquarelle:
 - bleu céruleum, jaune citron, ocre jaune, vert , terre de sienne brulée, terre d'ombre, noir, blanc

Crayons Pastels:
- Jaune canari, vert clair, blanc, noir, bleu indigo, brun van dyck.
     
Pastels
- noir, gris, blanc, bleu outremer, bleu céruleum, jaune citron, jaune de cadmium foncé, vert pistache, vert de hocker, vert olive, vert clair, violet. 
 
Préparation de la sous-couche à l'aquarelle
NB:Lorsque la vidéo démarre, cliquer sur le premier carré blanc en bas et à droite de cette vidéo, pour supprimer les annotations    
              
 L'avantage de la sous-couche est qu'elle contribue à créer le support de base de la peinture et des teintes de couleurs qui seront utilisées par la suite. Si d'abord, la perte de temps est notable, la technique utilisée va ensuite en faire gagner. La sous-couche doit être plus sombre que les couleurs qui viendront recouvrir cette peinture à l'eau.  L'utilisation de la sous-couche à l'aquarelle ne peut se faire que si le support est résistant, un papier qui absorbe trop l'eau sera plus fragile et aura tendance à se déchirer avec un apport supplémentaire d'une autre peinture, d'autant que la toile est préparée et humidifiée pour la méthode "humide sur humide". Bien que la sous-couche soit une solution intéressante, il est parfois préférable et je recommande cette solution, d'utiliser un papier coloré. qui complétera ou harmonisera les couleurs à appliquer, en n'utilisant que le pastel gras.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog